Ultimate Cup Series : La cinquième manche se termine en beauté à Nevers Magny-Cours

Théâtre de la cinquième manche de la saison 2021 de l’Ultimate Cup Series, le Circuit de Nevers Magny-Cours, chargé d’histoires, nous a encore réservé une très belle journée de compétition.

Les dernières courses, dont les deux courses d’Endurance GT et Proto, nous ont régalés par leurs innombrables passes d’armes, le tout dans une ambiance exceptionnelle.

KENNOL GT-Touring Sprint, course 4 : Marc Waechter puissance quatre
Comme hier, les pilotes du plateau KENNOL GT-Touring Sprint ont dû se lever de bonne heure pour disputer leur quatrième et dernière course dans la Nièvre.
Alors qu’on s’attendait à assister à un nouveau duel entre les deux Renault R.S. 01 #4 de Marc Waechter et #30 de Bernard Delhez, ce dernier n’a pas pu prendre le départ à cause d’un problème mécanique décelé lors de la procédure de mise en grille.

Le Suisse s’est ainsi retrouvé seul sur la première ligne et surtout sans rival pouvant le priver d’un quatrième succès consécutif. En venant à bout des 12 tours, le pilote de la Renault du G2 Racing AG conclut son week-end de la plus belle des manières en faisant un carton plein sans commettre la moindre erreur ce dimanche.
La course a pu se dérouler sans interruption et a débouché sur un top 3 inédit avec Jimmy Clairet (Team Clairet Sport), 2e du général et quadruple vainqueur en 308 Cup, tandis que Claude Degrémont classe la Ligier JS2 R #87 du CD Sport en 3e position, leader de sa catégorie.

208 Racing Cup, course 3 : Viny Beltramelli, vainqueur déchu puis rétabli
Avec 13 voitures dans la même seconde lors de la Q2 samedi matin, chaque centième de seconde et le moindre détail en piste comptaient. Joan Caillaut a su faire la différence pour signer la pole position au volant de la Peugeot 208 RC #15 (Jean Pat Racing) pour 193 millièmes de seconde de mieux qu’Alexandre Finkelstein (GPA Racing). Ces deux hommes se sont retrouvés ce dimanche matin, sur la première ligne de la grille de départ, avec 38 autres voitures derrière eux…
Le poleman a conservé le bénéfice de sa première place dans les premiers virages alors que Viny Beltramelli (Ropars Racing Team) gagnait déjà des positions dans la hiérarchie. Parti 5ème, ce dernier est remonté 2ème dans le troisième tour, avec, désormais, le leader en ligne de mire qu’il dépassera un tour plus tard pour s’imposer sur la ligne d’arrivée.
La confusion est de mise à l’arrivée puisque le vainqueur présumé avait écopé d’un drive through, converti en 30 secondes, et avait ainsi perdu la victoire au profit de Joran Leneutre (JSB Competition). Suite à une réclamation portée par son équipe et jugée recevable par le collège des commissaires, Viny Beltramelli a été rétabli comme vainqueur de cette troisième course.
Joran Leneutre renoue néanmoins avec le podium scratch en terminant 2ème et en décrochant les honneurs en Junior, pour la première fois dans la Nièvre. Il devance un autre jeune talent, Colin Boreau (Boreau Racing Team) qui complète le podium au général.

Domination écrasante de Thierry Blaise (New Team Competition) chez les Gentlemen.

NAPA GT-Touring Endurance : première victoire de la Mercedes/Racetivity
C’est l’une des courses les plus attendues du week-end, la course de 4 heures du plateau NAPA GT-Touring Endurance avec plus de 20 magnifiques autos engagées.
En plus d’être diversifié, ce plateau est extrêmement qualitatif, et ce, au sein des différentes catégories qui le composent : GT Classe 3A, voitures les plus rapides, GT Classe 3B, GT Classe 5A, 5B, Porsche Cup et UTCR.
Les qualifications samedi, sont la parfaite démonstration du niveau relevé des concurrents en GT Classe 3A puisque seulement 0 »039 séparait la Mercedes-AMG GT3 #83 de Racetivity, de la Renault R.S. 01 #5 de FIT-ITBC d’AB Sport Auto.
Les pilotes s’alignent sur la grille de départ dimanche matin, peu après 10h. On retrouve ainsi les deux voitures qui se sont illustrées en qualifs en première ligne avec, Charles-Henri Samani sur la Mercedes et Franck Dezoteux sur la Renault. En deuxième ligne, David Hallyday s’élance 3ème sur la Ferrari, devant la Renault #45 pilotée par Michel Ferté.
Le départ est donné lancé et le premier virage voit Franck Dezoteux virer en tête, emmenant dans son sillage la Renault #46, suivie par la Ferrari #1 alors que la Mercedes dégringole dans le classement.
David Hallyday prend ensuite les choses en main en hissant la Ferrari au sommet de la hiérarchie dans le 4e tour de course, devant les Renault #5 et #45 qui se disputèrent la 2ème place.
Plusieurs pilotes s’illustrent au départ, à commencer par Sébastien Loeb, remontant de la 10ème à la 6ème place du général, derrière les GT Classe 3A, au volant de la Vortex #712. Alessandro Ghiretti a également été l’auteur d’un départ tonitruant en hissant la Porsche 911 GT3 Cup #71 du Martinet by Alméras en 10ème position après s’être élancé dernier sur la grille.

Premiers coups de théâtre…
La première demi-heure est agitée avec une première Safety Car suite à la sortie de piste de la Porsche #89 (PR Racing), dans le virage 3. Cette neutralisation provoque les premiers arrêts aux stands pour une grande partie du plateau, à l’exception de quelques voitures, telles que la Porsche #71. A son bord, Ghiretti se retrouve ainsi en tête lorsque la course est relancée. Moins de dix minutes après cette reprise des débats, la Safety Car fait son retour en piste et marque un tournant dans la course à la victoire finale.
En effet, David Hallyday a perdu le contrôle de la Ferrari 488 GT3 Evo #1 de Visiom en glissant sur des graviers présents sur la piste, dans le premier virage. Bloquée dans le bac, la Ferrari a néanmoins pu repartir grâce à l’intervention des commissaires, mais le temps perdu n’a pu être comblé par ses coéquipiers, Jean-Paul Pagny et Jean-Bernard Bouvet.

Mano a mano Mercedes / Renault
Charles-Henri Samani a achevé la première heure de course et son premier relais en tête au volant de la Mercedes #83, quelques secondes devant Franck Dezoteux et la Renault #5. Leurs rivales sont quant à elles reléguées à plus d’un tour et c’est donc un duel qui se profile pour la victoire finale qui semble encore loin à trois heures de la présentation du drapeau à damier.
Au volant de la Mercedes, Manu Collard est à l’attaque et franchit le cap de mi-course en tête alors que Stéphane Tribaudini signe le record du tour en course sur la Renault. Au gré des arrêts aux stands effectués à des moments différents, les deux voitures de tête s’échangent les commandes, mais la Mercedes détient toujours l’avantage à l’amorce de la dernière heure. La Mercedes effectue ses deux derniers arrêts au début de la dernière heure et Manu Collard n’a plus qu’à se concentrer sur l’arrivée. Il tombe ainsi en 2ème position, deux tours derrière la Renault #5 qui doit encore effectuer un arrêt obligatoire d’au moins 54 secondes.
Alors que Stéphane Tribaudini s’arrête pour réaliser ce dernier arrêt et laisser le volant de la Renault à son coéquipier Franck Dezoteux, Manu Collard reprend la tête et entrevoie la victoire.
La Mercedes #83 (Racetivity) franchit ainsi la ligne d’arrivée à l’issue de 4 heures et 132 tours couverts, dont 53 réalisés en tête de la course. J.-C. Samani et E. Collard remportent leur premier succès en Ultimate Cup Series, devant le duo de la Renault #5 (FIT-ITBC by AB Sport Auto), F. Dezoteux / S. Tribaudini, qui conforte son leadership au championnat. Une deuxième Renault R.S. 01, la #45 d’AB Sport Auto complète le podium, dans le même tour que les vainqueurs.

GT Classe 3B
Comme en GT Classe 3A, cette course nivernaise accouche d’une victoire inédite en GT Classe 3B avec les honneurs décrochés par l’équipage de la Lamborghini Super Trofeo #3 (JSB Compétition), emmenée par Lucas Valkre, Valentin Simonet et Vincent Congnet, juste devant la Marc II Mustang de VDS Racing Adventures, victorieuse à trois reprises cette saison.
Sébastien Loeb et sa compagne Laurène Godey, venus se faire plaisir ce week-end dans la Nièvre ont longtemps mené la catégorie avant d’être contraints à l’abandon suite à un problème de boîte de vitesses sur leur Vortex #712. Leur coéquipier, Sébastien Lajoux, n’a d’ailleurs pas pu prendre le volant.
Porsche Cup
Sébastien Dussolliet et Sébastien Poisson, épaulés pour l’occasion par Arthur Mathieu, ont décroché une troisième victoire cette saison pour le compte de la Porsche 911 GT3 Cup #911 d’ABM. Malgré leur dernière place sur la grille suite à leur absence aux qualifs hier, Pierre Martinet et Gérard Tremblay, épaulés par le jeune pilote talentueux, Alessandro Ghiretti, réalisent leur meilleur résultat cette saison avec la 2e place de catégorie.
GT Classe 5A
Pour sa première participation en NAPA GT-Touring Endurance, Herrero Racing triomphe dans sa catégorie avec l’Audi R8 LMS GT4, emmenée par Xavier Follenfant, Thomas Dagoneau et Julien Froment.
GT Classe 5B
Victoire et doublé des Alpine A110 Cup de Chazel Technologies Course.
UTCR
Les Golf TCR ont dominé la course en catégorie UTCR avec un doublé des Allemandes, la victoire pour Code Racing Development et la deuxième place pour Chazel.

208 Racing Cup, course 4 : Pierre Bredeaux remporte sa première victoire en sport auto
Comme pour la deuxième course hier, la grille de cette quatrième et dernière confrontation du week-end est inversée pour les 10 premiers de la course précédente. Respectivement 10e et 9e de la course 3 matinale, les pilotes Comte Racing Team, Calvin Comte et Pierre Bredeaux monopolisent la première ligne de la grille de départ.
Auteur d’une très bonne impulsion, Pierre Bredeaux prend immédiatement les commandes au volant de la Peugeot 208 RC #58. Il est alors talonné par le leader du championnat, Alexandre Finkelstein (GPA Racing) qui le double le tour suivant. Du haut de ses 20 ans, le pilote Comte Racing Team n’abdique pas pour autant et reprend son dû et s’impose sous le drapeau à damier pour la première fois de sa carrière en sport automobile, au général et en Junior. Malgré son expérience, Viny Beltramelli (Ropars Racing Team) n’est pas parvenu à contrecarrer ce premier succès du Breton. On retrouve un deuxième Junior sur le podium scratch, déjà habitué à y grimper, avec la 3e place à l’arrivée pour Joran Leneutre (JSB Competition), devant son équipier, Léo Renet. Alexandre Finkelstein ne termine que 5e.

Endurance Proto : victoire incontestée de la Duqueine de DB Autosport
Le week-end nivernais s’est achevé par la course de 3 heures de l’Endurance Proto, dédiée aux LMP3, CN et Proto Evo.
La Duqueine D08 #21 de DB Autosport et la Ginetta G61-LT-P3 #61 de MG-Sound Speed Division se sont partagées la première ligne de la grille de départ ; l’écurie française en pole, devant l’équipe autrichienne.
Dès le départ, peu après 16h, les deux prototypes LMP3 se livrent bataille et restent roues dans roues durant plusieurs tours. Au volant de la Ginetta pour ce premier relais, Julien Schell est blotti dans la boîte de vitesse de la Duqueine pilotée par Nicolas Melin. Après 12 tours dans cette configuration, Julien Schell passe à l’offensive pour le gain de la première place. Dès lors, il creuse l’écart tour après tour avant de céder le volant à son coéquipier autrichien, Martin Böhm. Quelques tours plus tard, la roue arrière gauche du prototype se détache et contraint le pilote à s’arrêter en bord de piste, occasionnant par ailleurs l’intervention de la voiture de sécurité.

Dès lors, la Duqueine est seule en tête. Nicolas Melin, Stéphane Panepinto et Jordan Perroy se relayent en tête de la course et offrent à DB Autosport sa première victoire cette saison, en Ultimate Cup Series. En raison de l’absence du Team Virage, qui sera de retour au Portugal, pour la manche finale, les trois hommes sont plus que jamais en lice pour la course au titre.
Rapatriée dans la voie des stands, la Ginetta a pu repartir à la mi-course et a tourné comme une horloge jusqu’à la fin de course. Cet incident nous a sûrement privés d’une belle lutte au sommet pour la victoire finale de cette cinquième course… Julien Schell et Martin Böhm accusent 25 tours de retard sur la ligne d’arrivée.

Et à la fin, c’est ANS qui gagne
L’exercice des qualifications avait déjà été dominé par ANS Motorsport qui plaçaient trois de ses quatre Norma CN aux trois premières places en vue de la course.

Si la course a longtemps été indécise et pour cause, Philippe Mondolot et Christophe Kubryk ont pris la tête en début de course et abordaient la dernière heure aux avant-postes. Les plans de la Norma CN #40 de l’écurie Palmyr ont cependant été contrecarré par l’écurie de Nicolas Schatz qui s’est d’ailleurs imposé au volant de la #71, aux côtés d’Alexandre Yvon, en terminant 2ème du classement général. Ils ont ainsi devant la Norma #99 de la famille Nerguti.
La victoire des Proto Evo revient à Evan Meunier et Tom Pilallat, devant Stéphane Clair et Frédéric Julien.

La cinquième manche est désormais derrière nous, place à la magnifique finale à Estoril, du 11 au 14 novembre où tous les plateaux de l’Ultimate Cup Series sont attendus.

Florian Defet,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*