F2 & F3 au Mugello – FR Eurocup à Magny-Cours: Théo Pourchaire est vice-champion de F3 !

Théo Pourchaire a conclu sa première saison de Formule 3 par deux remarquables podiums au Mugello. À 17 ans, il est vice-champion de la discipline, à 3 points du champion Oscar Piastri. À Magny-Cours, Victor Martins a brillé sur ses terres en signant une 3ème victoire en 4 courses qui lui permet de rester en tête de la Formule Renault Eurocup.

Les faits marquants :
– Théo Pourchaire décroche ses 7ème et 8ème podiums, un record en F3 en 2020.

– Théo a comblé 21 des 24 points de retard qu’il avait sur le leader avant la finale du Mugello et manque le titre d’un rien.

– Victor Martins consolide son record de pole positions en Formule Renault Eurocup en obtenant sa 15ème pole position de la saison à Magny-Cours.

– Avec un podium et une victoire, Victor reste en tête de la catégorie qui arrivera à mi-saison dans deux semaines à Zandvoort.

La pression monte… deux de chute !
La F3 2020 a livré son verdict au terme d’un suspense hitchcockien sur le circuit du Mugello. Modèle de rapidité et de technique, vierge de grandes aires de dégagement qui autorisent les approximations en piste et les prises de risque, le tracé toscan appartient à la vieille école mais a fait souffler un vent de fraîcheur dans le jeune peloton de F3.

Sur un circuit aussi exigeant, l’erreur se paie souvent cher et le couperet s’abat sans attendre sur les impudents et les imprudents. Plusieurs prétendants à la victoire et au titre en ont fait l’amère expérience, contrairement à Théo Pourchaire qui, bien que craignant l’expérience de l’équipe italienne Prema Racing, qui évoluait à domicile, n’a pas commis de faux-pas. Avant la finale du Mugello, ils étaient 6 jeunes loups à pouvoir encore prétendre succéder à Robert Shwartzman au palmarès de la F3 : Oscar Piastri, Logan Sargeant et Frederik Vesti (Prema Racing), Liam Lawson (Hitech), David Beckmann (Trident) et Théo Pourchaire (ART Grand Prix).

7ème sur la grille de départ de la première course, le pilote de l’Équipe de France FFSA Circuit est monté sur la 3ème marche du podium grâce à un savant mélange de rapidité et de gestion des pneus. Sur un circuit où les dépassements et les écarts de conduite ont été légion, il convenait de faire appel à sa science de la course pour viser la couronne. Vesti, bien que vainqueur, et Beckmann, sont sortis de la course au titre au terme de la première manche.

Lawson, Sargeant et Piastri, respectivement 10ème, 6ème, et 11ème, ont vu Théo grignoter son retard et revenir à 9 longueurs des deux derniers nommés à l’abord de la grande finale. « La gestion des pneus était la clef d’une bonne performance et je suis ravi d’avoir terminé à la 3ème place en étant parti de la 7ème », avouait Théo. « J’étais un peu moins rapide que les autres en début d’épreuve, mais j’en avais encore sous la pédale et j’ai pu forcer l’allure et dépasser plusieurs voitures sur la fin. La seconde course ? J’essaierai de ne pas penser au championnat et de rester concentré uniquement sur le résultat de la course. »

8 podiums et vice-champion
La seconde manche du Mugello a donné lieu à un scénario digne d’un thriller avec l’élimination précoce d’une tête d’affiche, Logan Sargeant, impliqué dans un accrochage. Parti 8ème, Théo était 6ème au moment de l’incident, mais s’est fait dépasser par Piastri avant la sortie de la voiture de sécurité.

Théo a repris son bien dès la relance de la finale et il a poursuivi sa chevauchée vers les avant-postes alors que son adversaire australien perdait pied. Au début du 16ème des 22 tours, Théo s’est hissé au 3ème rang alors que Piastri peinait pour rester dans le top 10… Monter sur son 8ème podium de la saison n’a finalement pas été le sésame pour coiffer la couronne, Piastri conservant l’avantage pour 3 points.

Pour Théo, qui accusait un retard de 46 points sur le leader avant la finale italienne Monza/Mugello, la 2ème place finale n’est pas un mince exploit. « Il faut redescendre sur terre et réaliser un peu ce que nous avons accompli », plaide Théo, « En venant de la F4, terminer à la 2ème place est fabuleux. Je voulais gagner ce championnat bien sûr, mais tout le monde le voulait et les prétendants étaient très nombreux encore hier matin ! Je pense que mon équipe, ART Grand Prix, a été la plus compétitive sur la fin du championnat comme le soulignent nos quatre podiums consécutifs. Nous devons être fiers de nous. Je ne retiendrai pas que les bons moments, j’ai énormément appris dans les mauvais également et je pense être désormais prêt pour les catégories supérieures. J’espère que je pourrai franchir le pas de la F2 ! »

Le calice jusqu’à la lie
En F2 justement, Giuliano Alesi a bu le calice jusqu’à la lie au Mugello. Après avoir essuyé un bris de moteur dans la première course, il a dû abandonner dans la seconde alors qu’il effectuait un arrêt aux stands pour changer de pneus. Son équipe, HWA Racelab, novice dans l’antichambre de la F1, n’a jamais réussi à changer le pneu arrière-droit.

Pole position et victoire
En Formule Renault Eurocup, une semaine après son exceptionnel hat-trick du Nürburgring, Victor Martins espérait conserver la même dynamique de succès à Magny-Cours. Pole position de la première qualification en poche, il a cédé la vedette à son rival Caio Collet dans la seconde. Parti 2ème, Victor a dû prendre la trajectoire extérieure de la première courbe en laissant l’Espagnol Vidalès se porter à sa hauteur et compléter le dépassement en arrivant à l’abord de l’épingle.

Le vice-champion de la catégorie a mis son adversaire sous pression, mais n’est pas parvenu à trouver l’ouverture, préférant dans les derniers kilomètres assurer un podium générateur de gros points plutôt que de tout perdre dans une manœuvre osée. « J’ai rencontré quelques soucis au départ, mais Vidalès a fait un départ fantastique pour être bien placé dans le premier virage. Je ne pouvais pas le contrer et c’était pourtant le moment décisif de la course car une fois derrière lui j’avais du mal à être en mesure de porter une attaque », explique Victor. « Je pense que nous avions le potentiel pour gagner car l’auto était rapide et bien équilibrée, mais en pensant au long terme, nous faisons tout de même une opération intéressante pour le championnat en marquant de gros points. »

Victor espérait capitaliser sur sa pole position pour prendre sa revanche dans la seconde épreuve. C’était sans compter sur trois neutralisations qui permettait à Caio Collet de combler le maigre écart que le Français avait durement creusé en tête de la course

Si Collet s’est montré particulièrement vif lors du premier restart, le jeune pilote de l’Équipe de France FFSA Circuit a sorti de son chapeau deux relances inspirées qui ont surpris le Brésilien au moment où il s’y attendait le moins. Victor a ainsi pu signer sa 3ème victoire de la saison et récupérer la tête au classement général. « La clef de cette couse a été de bien gérer les restart, alors j’ai essayé de varier les plaisirs », sourit Victor, « Les deux derniers ont été excellents car ils m’ont permis de prendre de l’avance sur Collet. Après ça, j’aurais pu creuser l’écart mais j’ai préféré être prudent au cas où il aurait fallu attaquer plus tard. Collet n’a jamais été en position de m’attaquer, tout était sous contrôle et cette victoire me permet de reprendre la tête au championnat ! »

Hadrien David est mal récompensé
Qualifié à une prometteuse 9ème place, Hadrien David a connu un premier tour compliqué qui l’a vu chuter au 13ème rang. Le couteau entre les dents, le jeune pilote originaire de Royan a malheureusement dû abandonner en brisant sa suspension lors d’une tentative de dépassement à l’épingle. Le lendemain, Hadrien s’élançait depuis la 7ème place de la grille – sa meilleure performance de la saison en qualifications – et pouvait espérer égaler son meilleur résultat de l’année (une 6ème place à Monza) lorsqu’il était harponné par son équipier en perdition au freinage de l’épingle.

« C’est vraiment frustrant de perdre deux fois des points pour des raisons totalement hors de mon contrôle. J’ai eu un problème avec la pédale de frein dans la première course et, dans la seconde, Colapinto a effectué une manœuvre folle qui lui a valu d’être pénalisé mais qui ne me rendra jamais ma chance de marquer des points. L’aspect positif est que l’on progresse en qualifications et c’est un aspect essentiel dans ce championnat. Continuons à bien travailler et les résultats en course seront bientôt bien meilleurs ! » conclut Hadrien.

Formule Renault Eurocup
Victor Martins
Course 1 : Position sur la grille : 2ème – Résultat 3ème
Course 2 : Position sur la grille : Pole position – Résultat : victoire
Championnat : leader avec 33 points

Hadrien David
Course 1 : Position sur la grille : 9ème – Résultat : abandon
Course 2 : Position sur la grille : 7ème – Résultat : abandon
Championnat : 11ème avec 22 points

Théo Pourchaire – Formule 3
Course 1 : Position sur la grille : 7ème – Résultat : 3ème
Course 2 : Position sur la grille : 8ème – Résultat : 3ème
Championnat : Vice-Champion avec 161 points

Giuliano Alesi – Formule 2
Course 1 : Position sur la grille : 20ème – Résultat : abandon
Course 2 : Position sur la grille : 21ème – Résultat : abandon
Championnat : 17ème avec 8 points

Prochaines courses : 25-27 septembre à Sotchi pour la F2 et à Zandvoort pour la Formule Renault Eurocup.

Communiqué FFSA,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*