M’Hamid Express Étape 3: La chevauchée Désertique…

ES3 : Boucle de Tagounite – 391 km
LE PLAT DE RÉSISTANCE !
On ne va tout de même pas en faire un plat ! Plein Est pour la troisième étape, la plus longue, avec 348,12 km en secteur chronométré. Contrairement aux autres spéciales, celle-ci a un road-book ! Ce changement de stratégie perturbe certains copilotes qui n’ont pas l’habitude d’utiliser ce système. L’avantage du papier c’est que tous les changements de Cap, et tous les dangers 1, 2 et 3 sont bien annoncés.

De plus, le profil du terrain est mieux appréhendé par le navigateur, ce qui lui permet de sauter quelques notes afin de ne pas ralentir son pilote. Cette spéciale est donc une véritable étape de rallye-raid. Certes, avec moins de sable que la veille, cette spéciale demande un peu plus de concentration. Dans les passages en hors piste, il est conseillé de dégonfler pour éviter le ‘tankage’.

Il y a aussi des pistes aux multiples facettes avec plusieurs cols en montée, et en descente, en pierres, des oueds ensablés sans trace visible, des trous rapprochés, des saignées profondes et des grands plateaux qui feront le bonheur des plus rapides. Globalement, un terrain glissant et piégeux, avec de nombreux dévers, et des freinages acrobatiques en courbe. C’est donc un excellent condensé de ce qui attend les concurrents. Pour souffler un peu, à mi-parcours, le Chef concoctera un plat de résistance que ne laissera personne sur sa faim. Si la seconde partie ne révèle aucune grande difficulté pour les plus aguerries, la succession de changements de caps s’annonce usante pour les hommes et les machines. Les oups sur les 5 derniers km devraient légèrement ralentir les plus ‘rapide’ !

Gelebart ne lâche rien, Besson en patron
Sur l’ES2 d’hier, il s’est passé beaucoup de changement au classement. En SSV, l’équipage Pinchedez/Delaunay (#124) a sorti le grand jeu. Parti 27ème, Philippe et Sébastien terminent cette spéciale en vainqueur après avoir cravaché toute la journée pour remonter 26 véhicules. Une belle performance qui méritait d’être soulignée et que ‘Pinch’ plaisante: « Ça ferraillait dur dans l’habitacle ! »

Finalement, c’est çà le rallye-raid, des histoires d’hommes et de femmes avec des moments qui marquent votre existence. La recette est simple, Benoit Delmas a réussi à faire venir des anciens et des jeunes pilotes pour arriver à faire un cocktail parfait, un mélange de plusieurs générations.

Côté autos, c’est encore l’équipage Besson/Roissac (#216) qui fait le buzz à bord de leur Toyota Hilux Overdrive. Les quelques spectateurs plantés sur le tracé ont regardé le bolide passer comme une balle ! Olivier Milon, photographe officiel de l’épreuve se régale à chaque passage : « Ce n’est que du bonheur ! » En tout cas, le rythme de la course ne laisse que très peu de temps pour faire du tourisme. Au-delà de la performance de la veille, l’équipage aura le privilège de s’élancer le premier sur les pistes, sans la poussière.

A motos/quads, la famille Sausset – Benjamin (#2) et Mathieu (#1) sur Honda 450 imposent une cadence soutenue, digne des plus grandes épreuves internationales.

L’épreuve de force !
A mi-parcours de cette spéciale, les leaders de chaque catégorie menaient la danse ! La bagarre annoncée est devenue maintenant concrète. Si les leaders gardent le cap, derrière on bagarre dur pour remonter dans la hiérarchie. Yvan Dard utilise ses connaissances du terrain pour exploiter au mieux son Proto Toyota. Ce moniteur d’école de pilotage possède un atout non négligeable lorsque le tracé devient très technique.

Maxime Fourmaux, Champion de France des rallyes tout-terrain en SSV fait lui aussi parler la poudre ! Le M’Hamid Express est une épreuve qui lui permet de préparer sa machine pour la saison 2020. Le Can-Am X3 (modèle 2020) doit encore effectuer de nombreux réglages pour être compétitif et fiable sur le prochain Championnat de France qui débutera à Arzacq à la fin du mois de février. En milieu de tableau, on assiste à une prudence volontaire, à l’image de Bornand/Pereira (#103) sur Can-Am X3, #107 Dumas/Delord Can Am X3, du solitaire #108 Haik Can Am X3, du deuxième solitaire #131 Lemercier sur son Yamaha 1000, ou encore du #137 Buso/Pascau avec leur Polaris RZR 1000.

Qu’est-ce qui fait courir les filles ?
La gente féminine est bien représentée sur l’épreuve avec 18 nanas. Pilotes ou navigatrices elles sont venues pour vivre l’aventure avec grand ‘A’. Les rôles évoluent, les conjoints s’occupent des enfants à la maison, pour la plupart des filles, elles concrétisent un rêve. La force de toutes ces féminines : elles ne lâchent jamais rien ! Pas même un grain de sable ! Au bivouac, certaines mettent la main à la patte sur l’entretien de la machine. Habituées aux confort, elles s’adaptent rapidement à la vie de baroudeuses ne laissant rien au hasard.

Delphine Delfino : « Vous savez, c’est un privilège d’être ici, de s’endormir sous la voûte étoilée pour contempler les étoiles qui, une à une s’allument pour éclairer nos rêves. »

#149 SSV équipage 100% féminin – Jussaume Sophie/Morice Caroline : « Cette spéciale avait un air différent des autres, plus désertique avec des paysages magnifiques. Vivement demain. »

Ces nanas là, elles sont terribles !

Ils en pensent quoi ?
Georges Lansac – #150 Can-Am X3 : « Les galères se sont enchaînées, et sans vouloir passer pour un ‘maso’, je me suis rendu compte que j’aimais ça ! Une évidence, quand ça ne veut pas le faire, cà ne le fait pas ! Depuis le début du rallye nous avons un problème électrique récurrent impossible à résoudre. En plus, mon navigateur est malade depuis le premier jour. »

Micouleau Jean-Claude #205 Buggy MMP IPSO V8 : « Pour l’instant tout va bien. La voiture répond parfaitement à mon attente, nous occupons le milieu de tableau au classement sans avoir rien cassé. C’est déjà pas si mal ! »

– Au terme de cette ES3, Jean-Pascal Besson a encore frappé fort en signant son 3ème scratch consécutif. À l’arrivée, il avoua rencontrer un souci avec son embrayage.

– En SSV, ‘Pinch’ enregistre un 2ème scratch successif.

– Dans la catégorie moto/quad, Benjamin Sausset conforte son avance.

Classement moto/quad
1. #2 – Sausset Benjamin (Honda 450)
2. #1 – Sausset Mathieu (Honda 450)
3. #11 – Cailhol (KTM 450)
4. #7 – Decressonière (Can-Am Outlander)
5. #8 – De Oliveira (Can-Am Outlander)…

Classement SSV
1. #214 – Pinchedez/Delaunay (Can-Am X3)
2. #114 – Cazalot/Cazalot (Can-Am X3)
3. #103 – Bornand/Pereira (Can-Am X3)
4. #126 – Fourmaux/Fourmaux (Can-Am X3)
5. #120 – Bord/Cormont Laura (Can-Am X3) …

Classement auto
1. #216 – Besson/Roissac (Toyota Overdrive)
2. #218 – Gelebart/Cueff (MD V8)
3. #211 – Foubert/Melhentin (WSR 500)
4. #219 – Idelot/Baz Montero (Bowler Wildcat)
5. #215 – Porcheron/Cocozza (Buggy Chevrolet V8)…

Au classement général, Benjamin Sausset (#2) conserve sa première place. Dans la catégorie SSV, Bornand et Pereira (#103) s’offre la tête de la catégorie. En auto, tout naturellement Besson/Roissac (#216) conforte son leadership avec leur Toyota Hilux du Overdrive, une bête de scène !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*