WEC: Les pneumatiques Michelin parés pour la course marathon du Royaume de Barheïn

Le Championnat du Monde FIA-WEC retrouve le Royaume de Barheïn pour une manche inédite d’une longueur de 8 heures, contre 6 heures en 2017. Ce sera la dernière course de l’année 2019, mais c’est seulement la quatrième manche de la saison 2019-2020, après les 4 Heures de Silverstone (Grande-Bretagne), les 6 Heures de Fuji (Japon) et les 4 Heures de Shanghai (Chine).

Les conditions attendues le week-end prochain au cœur du Golfe Persique sont a priori clémentes, malgré un léger risque de pluie identifié pour la journée de vendredi. La température de l’air devrait évoluer entre 20 et 25°C durant les trois jours d’essais, de qualifications puis la course, tandis que celle de l’asphalte est estimée aux alentours de 30°C au moment du départ, le samedi après-midi à 15 heures.

La surface du sol, assez chaude et encore plus rugueuse qu’à Shanghai, tout comme le dépôt de sable sur la piste seront les ennemis des pilotes et leurs pneus Michelin. Ils devront les affronter 8 heures durant, au fil des 15 virages du tracé de 5, 412 km du Circuit International de Sakhir, lequel est très technique et se caractérise par une succession de courtes lignes droites séparées de virages lents.

« Le tracé de Barheïn est un circuit de relance », indique Pierre Alvès, le manager des programmes Endurance de Michelin. « L’énergie longitudinale (force de traction) est très importante, et nos pneus seront alors mis à rude épreuve. Avec deux heures de course en plus en comparaison de 2017, nous savons déjà que nos Conseillers Techniques d’Ecurie seront fortement sollicités par nos partenaires, afin de définir la stratégie pneumatique la plus fine et tirer à la fois la meilleure longévité et la plus grande performance de nos pneus. Nous savons également que les conditions de piste vont s’améliorer au fil du temps, le départ étant à 15 heures alors que le soleil se couche un peu avant 17 heures. Une bonne partie de la course se déroulera alors de nuit, avec un peu moins de chaleur et de sable au sol, et aussi un peu plus d’humidité dans l’air. « 

Pour les 8 Heures de Bahreïn 2019, Michelin met à disposition de ses partenaires des pneumatiques MICHELIN SOFT et MEDIUM en LMP1, et des MICHELIN MEDIUM et HARD en LMP2, où l’écurie G-Drive vient de rejoindre le contingent des partenaires de Michelin.

Dans les catégories LMGTE Pro et LMGTE Am, les partenaires de Michelin ont adopté des stratégies différentes. Certaines écuries ont sélectionné les gommes MICHELIN SOFT et MEDIUM, ce qui représente un choix agressif compte tenu de la configuration de la piste, et d’autres se sont tournées vers les MICHELIN MEDIUM et HARD.

En cas de pluie, des pneus WET et Full WET seront aussi disponibles, ainsi que le pneu slick MICHELIN Hybride pour les prototypes LMP1, conçu pour être performant et polyvalent sur piste séchante.

Les premiers essais auront lieu le jeudi 12 décembre, les qualifications le vendredi 13 dans l’après-midi, puis le départ de la course sera donné à 15 heures le samedi 14 décembre, avec une arrivée à 23 heures.

FIA WEC 2019/2020 – LES PNEUMATIQUES MICHELIN PAR CATEGORIE
Catégories LMP1 hybride et LMP1 non-hybride
En LMP1 hybride, Michelin a travaillé avec Toyota Gazoo Racing pour continuer d’offrir le meilleur package pneumatique en fonction des évolutions techniques de leurs prototypes. Ces derniers offrent en effet la puissance la plus élevée du plateau, mais aussi une répartition des masses différente des LMP1 non-hybrides. Par ailleurs, ils sont à quatre roues motrices, quand les LMP1 non-hybrides sont uniquement à propulsion. Pour ces raisons, il fallait que Michelin propose deux gammes différenciées au sein de la catégorie LMP1.

A noter qu’au cours de la Super Saison les modèles de la catégorie LMP1 non-hybrides sont ceux qui ont connu la plus forte évolution de leurs performances, ce qui a incité Michelin à mettre l’accent sur le développement des pneumatiques 2019/2020 dédiés à cette catégorie.

Les prototypes LMP1, qu’ils soient hybrides ou non-hybrides, chaussent des pneus de dimension 31/71-18 à l’avant comme à l’arrière.

Outre les pneus slicks, les partenaires de Michelin auront à leur disposition les pneus MICHELIN Hybride (pneu slick intermédiaire) pour piste humide ou séchante, ainsi que les pneus WET et FULL WET en cas de pluie battante.

Catégorie LMP2
Comme dans toutes les catégories, les ingénieurs de Michelin sont parvenus à épouser l’accroissement des performances des voitures, lesquelles ne sont pas radicalement différentes de la saison dernière, mais qui ont mis à profit la longueur du championnat précédent pour progresser dans de nombreux domaines. A noter que les pneumatiques Michelin de la catégorie LMP2 avaient déjà largement évolué pour le début de la Super Saison. Par ailleurs, les pilotes auront à disposition deux sortes de pneus pluie, comme le stipule le règlement pour cette catégorie : le premier est un pneu pluie intermédiaire, avec une bande de roulement légèrement entaillée et une fenêtre d’utilisation qui est la même que celle du pneu hybride de la catégorie LMP1, (bien que ce dernier soit totalement slick) ; le second est quant à lui plus conventionnel, répondant aux critères d’un pneumatique conçu pour des conditions difficiles, avec un taux d’entaillement plus élevé.

Toutes les voitures de la catégorie LMP2 reçoivent des pneus de dimensions suivantes : 30/68-18 pour l’avant, et 31/71-18 à l’arrière.

Catégories LMGTE Pro et LMGTE Am
Là aussi, les ingénieurs de Michelin ont travaillé dur afin de repositionner les différents crans de gomme en fonction des plages de températures étendues. Les deux catégories disposeront des mêmes pneumatiques, même si bien entendu chaque constructeur a fait l’objet d’une mise au point spécifique pour sa propre voiture, en fonction de ses caractéristiques techniques. A l’instar de la catégorie LMP2, la Super Saison a été très profitable aux écuries, qui ont optimisé les performances globales de leurs montures. Un accompagnement que Michelin a encore une fois réalisé avec d’un côté le souci de répondre aux sollicitations du constructeur, et d’un autre celui de laisser transparaître une partie de l’ADN Michelin en Endurance, qui est d’offrir le même niveau de performance du premier au dernier kilomètre en piste, tout en permettant à ses partenaires de définir des stratégies de course les autorisant à multiplier les relais.

Performance, constance au fil de l’utilisation et longévité seront encore une fois les atouts des pneumatiques Michelin au cours de cette 8ème saison du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA.

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*