Funyo Lédenon: Renaud Malinconi joue de malchance !

Renaud Malinconi © DR

Le Pilote Albigeois Renaud Malinconi évoluait ce week-end à Lédenon dans le Gard, en Championnat de de France FFSA dans la catégorie Sprint Cup By Funyo. Fort de sa quatrième place lors des Coupes de pâques à Nogaro, le pilote du circuit d’Albi avait à cœur d’augmenter sa position dans le Gard.

 

Après de bons essais libres, la motivation était de mise dans le clan albigeois, malheureusement quelques minutes après le départ de la qualification, le chronométrage s’enrayera suite à un problème de transpondeur.

Le pilote d’Albi ne sera crédité que du 10ème temps, alors que le chrono embarqué dans le proto – mais non officiel – annonçait un temps dans le quarté de tête.

La course, fut très mouvementée puisque, un cara9mbolage au départ obligea la direction de course à effectuer une seconde relance sous safety-car. Subissant des problèmes de pompe à essence, l’albigeois dut s’arrêter pour réinitialiser sa machine. Reparti en milieu de peloton, il passa la ligne d’arrivée en 8ème position.

pour la course du dimanche, Renault Malinconi est parti en 1ère ligne (2ème temps), mais dès l’extinction des feux, le poleman se rabat violemment sur lui, l’obligeant à sortir de la piste pour éviter le contact, laissant par force, passer plusieurs de ses adversaires. Malgré des chronos très rapides, il signa le deuxième temps en course, l’albigeois ne pourra faire mieux que 4ème sous le damier final.

Renaud Malinconi : « En venant à Lédenon, l’objectif était d’accrocher le podium. Globalement, la performance était là, même si, il nous manque un peu de compréhension de la voiture par rapport à nos concurrents, mais la réussite nous a fait défaut tout le week-end. Tout d’abord, le fusible du transpondeur de chronométrage a lâché au début de la qualification, nous avons été crédités du temps réalisé sur les premières minutes puis, en course 1, un problème avec la pompe à essence et enfin, en course 2, le poleman et le leader du Championnat qui pour une raison que je ne m’explique pas, me tasse violemment m’obligeant à sortir de la piste pour éviter l’accrochage, laissant ainsi le champ libre à plusieurs pilotes. Nous avions le stand numéro 13, je vais finir par devenir superstitieux. »

Kyalami Racing,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*