DPPI: La photo de la semaine #16

© DPPI

« Juillet, c’est la période des rattrapages et c’était ce week-end au tour de l’épreuve mancelle. Vous avez raté une édition des 24 Heures du Mans ? Pas de problème, Le Mans Classic est là pour vous. De la genèse de la fameuse course d’endurance, aux prototypes les plus évolués du début de la décennie en cours, chaque époque du double tour d’horloge sarthois est ici représentée.

Nous sommes vendredi soir, jour d’essais qualificatifs au Mans. Me voici alors seul en pleine forêt, au bord d’une route départementale chargée d’histoire. Oubliez la frustration des 80km/h, à la suite du plateau 6 les Groupe C entrent en piste et c’est à plus de 300 km/h qu’elles passent ici. Le soleil se fait rasant, et ses rayons enflamment l’asphalte. Les yeux rivés dans l’appareil, il devient difficile d’identifier la voiture en piste. Pourtant, une d’entre elles ne laisse aucun doute. Ces frissons qui vous traversent alors que son V10 s’exprime à plus de 10.000 trs/min s’expliquent par trois chiffres : 905.

« Oui, il s’agit bien là d’une extraordinaire Peugeot 905, triomphatrice ici en 1992 et 1993. Des retours dans le passé aussi magiques comme que celui illustré par cette image, je pourrais vous en citer mille. Comme ces Bugatti menées de main de maître, en travers après la chicane du raccordement, ces Ford GT40 pilotées à la limite, collées les unes aux autres avec leurs disques rouges au freinage d’Arnage ou cet intemporel lever de soleil dans les courbes Dunlop, poussant certains pilotes à manier leur monture d’une seule main, forcés d’utiliser la seconde pour protéger leurs yeux du soleil. Mais je vais m’arrêter là : Il faut le vivre. Vous verrez, vous allez adorer les rattrapages ! »
 
Antonin Vincent

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*