Dakar Étape 8 Overdrive: Van Merksteijn garde le cap

Peter Van Merksteijn © DR

Près de six heures de pilotage. Six heures où le pilote doit garder sa lucidité, et impérativement rester concentré sur l’annonce des difficultés par son navigateur, sur les obstacles qui se présentent à lui également. Le tout à une altitude tutoyant les 4600 mètres, où la raréfaction de l’oxygène complique chaque effort. Tel est le défi physique que proposait l’étape du jour courue entre Uyuni et Tupiza, en Bolivie. Deuxième tronçon de l’étape marathon entamée hier, c’était aussi la plus longue spéciale du rallye.

Pour des amateurs éclairés dont ce n’est pas le métier à temps plein, relever pareil challenge pouvait vite prendre des allures de chemin de croix.

Pourtant, Peter Van Merksteijn, meilleur pilote Overdrive Racing classé ce matin, s’en sortait avec les honneurs pour rallier l’arrivée au quinzième rang. Une position qui lui vaut de conserver sa neuvième place au général. Mention bien également à Alejandro Yacopini, vingt-et-unième, qui s’apprête à rentrer en Argentine, sur ses terres, à une belle quatorzième place du classement, tandis que le Chinois He Zhitao, trente-septième du chrono, étonne chaque jour un peu plus par sa volonté. La journée voyait en revanche Lucio Alvarez, beau dixième ce matin, concéder plus de trois heures après s’être enlisé dans l’une de ces nombreuses cuvettes qui pullulaient dans les passages d’herbe à chameaux. S’il a rétrogradé dans la hiérarchie, l’Argentin n’en reste pas moins classé dans les quinze premiers. Avec l’annulation de la spéciale de demain, pour raisons météorologiques, les équipages de la formation belge vont pouvoir bénéficier d’un repos bienvenu, avant d’attaquer la dernière ligne droite du parcours.

« L’étape marathon d’hier et d’aujourd’hui s’est révélée particulièrement dure », reconnaissait Alejandro Yacopini. « C’était long, il y avait beaucoup de navigation compliquée. Aussi je suis content d’être à l’arrivée, sans avoir connu de problèmes. J’ai moins souffert de l’altitude cette année, même si j’ai un peu mal à la nuque. En tout cas, je suis super satisfait de rentrer en Argentine, chez moi, à cette position, mais on n’en a pas terminé pour autant avec les difficultés. »

« Aujourd’hui, c’était plus simple », analysait Peter Van Merksteijn, « comparé à la spéciale d’hier que j’ai trouvée vraiment difficile. C’était simplement plus long. Ce matin, j’ai eu un peu de mal à me mettre dans le rythme, mais ensuite on a roulé sur un bon tempo, sans prendre toutefois trop de risques. Je voulais passer sans encombres cette redoutable étape marathon. C’est désormais chose faite, et nous allons maintenant tout faire pour conserver ce top dix dont je n’avais pas osé rêver avant le départ. »

RÉSULTATS
Dimanche 14 janvier / Uyuni-Tupiza / 498 km de spéciale
15. Van Merksteijn-Marton (Toyota Hilux) à 43’10’’
21. Yacopini-Scopinaro (Toyota Hilux) à 1h04’36’’
37. Zhitao-Zhao (Toyota Hilux) à 2h47’08
38. Alvarez-Howie (Toyota Hilux) à 3h15’03’’
 
Classement général
9. Van Merksteijn-Marton (Toyota Hilux) à 4H59’41’’
14. Yacopini-Scopinaro (Toyota Hilux) à 8h14’09’’
15. Alvarez-Howie (Toyota Hilux) à 8h24’25’’
36. Zhitao-Zhao (Toyota Hilux) à 48h59’57’’
 
Eric Bellegarde,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*