FFSA GT4: Soheil Ayari se relance avec Nicolas Tardif !

Soheil Ayari © André Breton

Héros malheureux du défunt GT Tour 2016 en remportant au volant de la F458 GT3 la victoire à Nogaro avant que le championnat prenne fin, Soheil Ayari et son équipier Nicolas Tardif ont longtemps réfléchi avant de s’engager sur une nouvelle discipline Grand Tourisme en France. Mais celui-ci couru sur des voitures type GT4 et promu par SRO, spécialiste des championnats GT en Europe, a rapidement éludé les doutes des deux pilotes.

 

Avec déjà une vingtaine d’inscrits en amont du coup d’envoi de la saison (Nogaro, 16 avril), le GT4 s’annonce passionnant. Sa réglementation technique, basée sur des modèles proches de ceux de la série, permet de réunir d’ores et déjà des McLaren, Porsche, Maseratti, Ford, BMW, Aston Martin, KTM, tandis que Mercedes et Corvette devraient également faire leur entrée dans le Championnat.

Une autre marque, spécialisée dans les voitures de sport s’est faite aussi remarquer depuis quelques années dans l’univers du GT4, c’est Ginetta. La firme anglaise créée en 1958 possède plusieurs victoires à son palmarès dans les disciplines européennes remportant même les prestigieuses 24 Heures de Spa et de Dubaï en GT4. C’est avec cette voiture d’un peu plus de 1000 kg conçue comme une véritable auto de course et propulsée par un moteur Ford 3,5 l. de 400 CV que le binôme Ayari-Tardif s’alignera en GT4 Series. « Le choix de la performance technique et l’aérodynamique donne à l’auto un très bon équilibre, avec une répartition des masses AV/AR de 50/50 et un moteur placé en position centrale arrière » a expliqué Soheil.

Le choix de rester dans un championnat français (5 courses dans l’Hexagone : Nogaro, Pau, course en ville, le retour sur le mythique circuit de Dijon-Prenois, Magny-Cours, une étape espagnole à Barcelone et le Paul Ricard pour ponctuer la saison donne à la discipline une bien belle allure et les courses s’annoncent très compétitives. « Nous n’avions pas envie de revivre la déception de 2016 et se retrouver avec un trop petit nombre de concurrents au départ. » Le format des courses restera inchangé avec deux épreuves de 1 heure, une disputée le samedi et l’autre le dimanche avec un changement de pilote entre les 25ème et 35ème minutes.

Côté Team, c’est CMR, basé à Alès chez qui Soheil Ayari roule depuis 2015 sera en charge de l’exploitation et du développement de la Ginetta.

Sassan Ayari,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*