Andros: Nathanaël Berthon champion en Elite

Nathanaël Berthon, champion Elite

Placée sous le sceau du suspense, la finale du Trophée Andros à Super-Besse a permis au Belgian Audi Club Team WRT d’atteindre ses objectifs. Nathanaël Berthon a en effet coiffé la couronne en Elite alors que l’équipe belge a remporté le classement des Teams. Deuxième de cette dernière épreuve, Olivier Panis monte sur le podium final en Elite Pro.

 

René Verbist était un homme particulièrement radieux samedi soir à Super-Besse au moment d’aller chercher la coupe récompensant le meilleur team de la saison 2016-2017 du Trophée Andros. Pour la deuxième année consécutive, « son » équipe s’est imposée dans ce classement, non sans s’offrir un des deux titres Pilotes grâce à la performance de Nathanaël Berthon, champion en Elite. « Je suis vraiment très heureux de cette saison », affirme le Directeur technique du Belgian Audi Club Team WRT. « Nous avons été performants tout au long de l’hiver et nous avons rencontré très peu de problèmes mécaniques. Le Trophée Andros est une discipline très spécifique qu’il est difficile de maîtriser. Le fait d’avoir reconduit notre sacre chez les équipes est donc une grande satisfaction, tout comme le titre de Nathanaël qui disputait pourtant sa première saison dans cette catégorie. Au-delà des résultats, je constate chaque hiver à quel point ce championnat motive notre ‘commando’ qui gère ce programme. Pourtant, les conditions de travail sont loin d’être idéales à cause du froid, de la neige, des horaires tardifs… Mais c’est justement ça qui renforce les liens entre nos gars. Sur le plan des relations humaines, c’est vraiment très enrichissant. Parfois, je me dis que c’est presque une forme de team-building. Enfin, je voudrais dire à quel point nous avons apprécié travailler avec les quatre pilotes que nous avions cette saison, avec une mention spéciale à Benoit Tréluyer que nous redécouvrions après les 24H de Spa 2014. Malgré son incroyable palmarès, lui-même a un esprit d’équipe hors du commun ! Voir un triple vainqueur des 24 Heures du Mans démonter la structure avec nous dans la boue, ce n’est pas courant. Mais lui, ça lui paraît naturel. Chapeau ! »

Nathanaël Berthon champion à domicile
Au moment d’aborder la finale du Trophée Andros 2016-2017, Nathanaël Berthon savait qu’il était en position de force dans la catégorie Elite… Mais qu’il n’avait aucun droit à l’erreur lors de cette ultime journée où il devait en outre composer avec 60 kg de lest, conséquence de son succès à Lans en Vercors ! Troisième après les manches qualificatives, l’Auvergnat – qui évoluait donc à domicile à Super-Besse – se devait de terminer dans le top 3 de la finale pour être assuré du titre. Avec une victoire face à sa famille, ses amis et ses partenaires, il remplissait parfaitement sa mission en s’offrant au terme de la journée un dixième podium (dont quatre victoires) en 13 journées de course. « Ça a été une dernière épreuve très stressante », avouait-il. « Mais l’essentiel pour nous était de coiffer la couronne et nous y sommes parvenus puisque j’ai conservé quatre points d’avance. J’ai énormément appris cet hiver. C’était la première fois que je roulais avec une voiture disposant de quatre roues motrices et quatre roues directrices et j’avoue que ça a été plus difficile que ce que j’avais imaginé. Heureusement, j’ai pu compter sur une Audi A1 quattro au top dès le début de saison et j’ai en outre pu beaucoup apprendre de mes équipiers. Olivier a une énorme expérience de l’Andros et nous avons souvent partagé notre ressenti avec Benoit, qui découvrait la catégorie comme moi. En tout cas, merci au Belgian Audi Club Team WRT pour l’ambiance fantastique, ce qui joue aussi un grand rôle dans la tête du pilote. Cette équipe a une culture de la victoire assez impressionnante. Ils ne viennent pas pour faire de la figuration et, franchement, j’aime ça ! On dit qu’il y a souvent plus de mauvais moments que de bons dans une carrière de pilote, alors permettez-moi de profiter de celui-ci ! »

Egalement engagée en Elite, Bérénice Demoustier a conclu la journée de Super-Besse au 9e rang. La Nordiste prend ainsi la 8e place finale au championnat. « J’ai passé une très belle saison hivernale », se réjouissait-elle. « Je me sentais très bien dans l’équipe et j’étais plus performante que l’an dernier. Sans un problème technique alors que je menais la finale, j’aurais même pu remporter une première victoire à l’Alpe d’Huez. Il ne faut toutefois pas oublier que je suis une pure amatrice qui ne roule que l’hiver, contrairement à la plupart de mes rivaux qui ont d’autres programmes pendant l’année. Clairement, on voit que le niveau de cette catégorie Elite ne cesse de grimper ! »

Olivier Panis sur le podium en Elite Pro
Olivier Panis savait qu’il n’avait plus l’opportunité de remporter la couronne en Elite Pro, mais le Grenoblois voulait terminer la saison en force. Deuxième après les manches qualificatives, il confirmait son niveau de compétitivité et celui de son Audi A1 quattro en s’offrant le meilleur chrono lors de la Super Pole. Deuxième de la finale, l’ex-pilote de Formule 1 prenait donc la médaille d’argent. Au championnat, il termine toutefois sur la plus petite marche du podium. « Ce fut une super journée, une fois de plus », souriait-il. « Nous étions très compétitifs et cette deuxième place lors du dernier meeting est une belle manière de terminer cette belle saison. Nous aurions voulu jouer le titre jusqu’au bout, mais nous savons où nous avons perdu des points importants. On ne refait pas l’histoire… Mais je peux vous dire que j’ambitionne de revenir l’an prochain avec le Belgian Audi Club Team WRT et que j’espère que nous irons enfin chercher ce fameux titre. »

Avec sept podiums et deux victoires, Olivier a largement participé au sacre de l’équipe, tout comme Benoit Tréluyer d’ailleurs. Pour sa découverte du Trophée Andros, le Champion du Monde d’Endurance 2012 est parvenu à décrocher deux deuxièmes places dans la catégorie reine et il termine le championnat au 6e rang. A Super-Besse, le pilote d’Alençon visait un nouveau podium, mais sa méconnaissance du circuit et une petite erreur lors de sa deuxième manche qualificative ne lui ont pas permis de faire mieux qu’une 8ème place. « En me lançant dans un tel défi, je savais que j’aurais beaucoup à apprendre et que je devrais faire face à de vrais spécialistes ayant beaucoup plus d’expérience que moi », explique-t-il. « Mais je me suis terriblement amusé derrière le volant. Jeter la voiture en glisse comme on le fait et chasser le moindre dixième de seconde, c’est du vrai pilotage ! Maintenant, je croise les doigts pour pouvoir faire fructifier l’hiver prochain l’expérience emmagasinée durant cette première saison. »

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*