Dakar/B.Famin: « L’objectif est de gagner à nouveau »

Bruno Famin © DR

Bruno Famin, Directeur de Peugeot Sport porte sur ses épaules un important fardeau par un objectif qui ne supporte aucune hésitation, celui de remporter le Dakar comme ce fut le cas l’an dernier avec Stéphane Peterhansel – Jean-Paul Cottret. 

On ne change pas une équipe qui gagne, quatre équipages de poids animent ce Dakar, 39ème du nom : Stéphane Peterhansel-Jean-Paul Cottret, Carlos Sainz-Lucas Cruz, Cyril Despres-David Castéra et Sébastien Loeb-Daniel Elena.

 

– Après la victoire conquise en 2016, dans quel état d’esprit le Team Peugeot Total aborde-t’il cette édition ?
Bruno Famin: « Notre objectif est sans aucun doute possible de gagner ce Dakar 2017, nous ne pouvons pas en avoir d’autre, mais nous savons très bien que ce sera tout sauf simple.
« Certes nous pensons avoir bien travaillé et bien préparé la course. Mais nous savons aussi que les aléas générés par les conditions de course, le climat, le parcours secret, les difficultés de navigation sont telles que l’on ne peut jamais être totalement préparés à un Dakar !
« A l’image de nos quatre équipages, tous les membres de l’équipe sont extrêmement motivés pour aller chercher cette victoire. Un esprit d’équipe sans faille et notre nouvelle arme, la Peugeot 3008 DKR, sont nos atouts qui ne nous empêchent pas d’aborder notre troisième Dakar toujours avec énormément d’humilité. Les difficultés de la course l’exigent, et ce serait une grave erreur de sous-estimer une concurrence, Toyota et Mini notamment, qui s’annonce cette année particulièrement affûtée, disposant également d’évolutions techniques significatives et d’équipages performants. »

– L’apparition de la 3008 DKR à la place de la 2008 DKR est-elle une prise de risque ?
Bruno Famin: « Non ce n’est pas une prise de risque mais la poursuite de notre plan de développement, adapté pour accompagner le lancement du nouveau SUV Peugeot 3008.
« Nous en sommes à notre troisième année de programme et il est logique que le portefeuille de développement commence à être moins fourni. Il y a donc eu moins d’évolutions entre une 3008DKR et une 2008 DKR 16 victorieuse qu’entre cette dernière et sa devancière. Ceci dit ces évolutions ne sont pas mineures, loin sans faut ! Nous avons cherché à optimiser toutes les fonctions de la voiture.
« Le plus visible est bien sût la carrosserie où nous avons profité de l’adaptation des lignes du nouveau SUV Peugeot 3008 pour optimiser l’aérodynamique (en améliorant le refroidissement sans pénaliser la traînée). Si la modification la plus marquante pour les équipages est sûrement climatisation, nous avons aussi travaillé une foule de points pour améliorer la fiabilité et la performance de la voiture. Les plus significatifs sont l’utilisation moteur (disponibilité de couple à bas régime avec temps de réponse minimisée), sa puissance pour essayer de compenser la réduction de bride réglementaire nous faisant perdre une vingtaine de chevaux ; et enfin, les suspensions, tant dans leur géométrie pour limiter les mouvements de caisse que dans l’amortissement lui-même qui est facteur de performance important en rallye-raids. Nous avons éprouvé autant que faire se peut ces évolutions lors des 18 000 km d’essais et de course au Maroc. »

– Que vous inspire le parcours de l’édition 2017 ?
Bruno Famin: « ASO a annoncé le parcours le plus difficile depuis que le Dakar est en Amérique du Sud et bous sommes très tentés de les croire !
« Par rapport à 2016, il y a beaucoup plus d’étapes à très haute altitude avec 5 journées complètes aux alentours de 4000 mètres ! Un rude challenge pour les équipages, les machines et toute l’équipe ! Il y aura de très longues étapes avec deux journée à près de 1000 km et une étape marathon qui méritera bien son nom avec plus de 1500 km à parcourir dont plus de 800 en secteurs sélectifs !
« ASO a promis aussi une typologie de terrain évoluée avec plus de dunes qu’en 2016 mais aussi parfois des zones de trial !
« Enfin le durcissement des règles de navigation (Way Point de contrôle, limitation des fonctionnalités GPS), nécessitera une concentration de tous les instants et sera propice aux coups de théâtre. La vitesse pure ne fera pas tout !
« Ce qui est sûr, c’est qu’il va se passer beaucoup de choses sur ce Dakar 2017 qui s’annonce d’ores et déjà passionnant, les deux premières étapes l’ont démontré ! »

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*