Africa Race: Beguin navigue Sireyjol…

P.Sireyjol et FBeguin à l'heure des vérifs © Marc de Mattia

« Lorsque Rainer Wissmanns, le patron du Team m’a appelé juste avant l’été pour me demander ce que je préférais faire, je n’ai pas hésité très longtemps… Finalement nous étions tous d’accord : l’Africa Eco Race nous correspond bien plus que le Dakar ! » telles fut la réaction de François Beguin, navigateur de Patrick Sireyjol.

Le sourire collé aux lèvres et la bonne humeur chevillée au corps, le Belge prend part à son deuxième Africa Eco Race, après de nombreux Dakar, en Afrique, puis en Amérique du Sud.

L’ancien équipier de Stéphane Henrard a conservé un goût prononcé pour le continent noir. Inutile de dire qu’il se fait une joie de retrouver les grandes étendues sahariennes à bord du tout nouveau Buggy du Team Cummins, aux côtés de l’ancien motard français Patrick Sireyjol.

« Pour le parcours, toujours très intéressant tracé par cette légende vivante que représente René Metge, mais aussi pour l’ambiance qui règne sur ce rallye où l’on connait quasiment tout le monde, on n’hésite finalement pas ! »

Le plateau sportif n’est, lui non plus, pas pour lui déplaire avec, au départ quelques grosses pointures de la discipline. « Cela va être une bagarre terrible sur la piste entre une dizaine de voitures roulant quasiment au même rythme. On va vraiment s’amuser comme des fous ! »

Et ce n’est pas un bris de moteur, survenu sur leur nouveau Buggy lors du dernier Rallye du Maroc, qui entame le moral de François. « Nous devions rouler au Maroc pour tester l’ensemble des nouveaux éléments de la voiture. Si nous avions eu un autre moteur, nous n’aurions pas hésité à repartir pour poursuivre le test, » avoue-t-il. « Du coup, nous avons effectué plusieurs jours d’essais sur le circuit privé de Château Lastours pour régler les suspensions, ce qui nous a fait gagner du temps par rapport au début de l’Africa Eco Race. »

Car même s’ils ne comptent pas lâcher les chevaux dès le départ sur les pistes marocaines: « On laissera l’initiative aux autres », confie le navigateur belge. « La Mini de Vasilyev, le Hummer de Zapletal ou le proto de Szalay vont attaquer d’emblée, suivis de près par les Buggies les plus véloces, comme SRT de Serradori ou le 2WD de Magnaldi qui n’est autre que l’ancien Buggy SMG Red Bull piloté par Carlos Sainz sur le Dakar 2014… Notre objectif est de sortir du Maroc avec maximum 30’ de retard sur la tête de course… » p^résage François.

Car en bon ‘Africain’, François Beguin sait mieux que quiconque que les places sur le podium seront distribuées en seconde semaine, en Mauritanie. « Nous avons opté pour un Buggy plus léger en supprimant le système de vérins automatiques. Nous conservons les grandes roues et optons pour la boîte à cinq rapports… En gagnant une centaine de kilos sur l’ensemble, nous devrions gagner une poignée de minutes sur chaque étape. Rien que d’en parler, je suis déjà impatient d’y être ! »

Philippe Janssens

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*