DPPI: La photo de la semaine #57

Samedi soir, je me rends dans la forêt sarthoise dans l'espoir de pouvoir profiter des belles lumières de fin de journée, moment tant attendu des photographes.

En vain, le temps reste couvert, nous n'aurons pas droit à un coucher de soleil cette année. Qu'importe la magie des 24 Heures du Mans a toujours autant d'effet sur moi.

 

Ce n'est pas la première fois que je me retrouve au bord de cette route départementale fermée au public pour l'occasion, et c'est pourtant toujours le même choc. Longer ce rail à quelques mètres des voitures lancées à fond, sentir sa poitrine vibrer aux hurlements des moteurs à plein régime procurent des sensations si fortes qu'elles en deviennent surréalistes !

Ici, pas de tribunes, pas d'écran géant ni de haut-parleur, je me sens seul avec l'histoire de cette course mythique qui écrit cette année son 87ème chapitre. Et au bout de celui-ci, c'est Alpine qui inscrit une nouvelle fois son nom dimanche à 15h. Au moment de franchir la ligne d'arrivée, l'émotion sera palpable au sein de l'écurie Française. Sur les écrans des caméras embarquées, les larmes apparaitront sous la visière de Nicolas Lapierre lorsque, pour la troisième fois en quatre éditions, les hommes de Philippe Sinault s'adjugeront le classement LMP2. Un bonheur ne venant jamais seul, cette victoire au Mans se double du titre dans le Trophée Endurance FIA LMP2 Pilotes et Equipes. Un succès total en somme.

Antonin Vincent,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Toutes les actus Le MANS - 24h du Mans