Editorial Raid

  • Morocco Desert Challenge Etape 7: Que du plaisir !

    MERZOUGA - BOUARFA : 435 km
    L’avant dernière spéciale de ce 11ème Morocco Desert Challenge a encore offert du beau spectacle aux participants, entre dunes au départ et pistes roulantes ensuite.

    Lire la suite
  • Paulo Gonçalves signe chez Hero MotoSports

    - Le Team Hero MotoSports Rally prépare le futur avec une équipe encore plus forte

    - Paulo Gonçalves, pilote de rallye de pointe, recruté comme quatrième pilote

    - La signature intervient au lendemain du premier podium du team cette saison

    Lire la suite
  • Le Dakar pose ses roues en Arabie Saoudite

    C'est désormais officiel : après 11 éditions sud-américaines, le Dakar change de continent. Cap sur le Proche-Orient et l’Arabie Saoudite, 30ème pays traversé par le plus célèbre – et le plus contesté - des rallyes raids. A la clé, on évoque un contrat mirifique de 5 ans.

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3

Africa Eco Race 2019

Dakar 2019: Adrien van Beveren, sable au clair

Sévèrement touché en 2018 mais également au Rallye du Maroc (traumatisme cranien), Adrien Van Beveren repartira en janvier prochain à la conquête du Dakar. 

Le Dakar était au bout de ses gants. Le 16 janvier dernier, Adrien van Beveren n’avait plus que trois kilomètres à parcourir pour réaliser un gros coup.

Probablement celui de la gagne à quatre étapes seulement de l’arrivée à Cordoba. Une faute de concentration, une lourde chute et des blessures sérieuses (pneumothorax, clavicule) qui ont tout ruiné. "J’étais en train de réaliser mon rêve et soudainement je me suis retrouvé catapulté de la moto. La descente a été trop rapide et trop violente pour accrocher ce rêve." Le Nordiste s’est remis en selle en juillet. Presque comme neuf. "Il n’y a pas que du négatif de cet accident. Je suis sur mes deux jambes et je continue à vivre mon rêve."

Objectif avoué, le Dakar est dans sa ligne de mire depuis trois ans. "Le Dakar, c’est la course moto la plus complexe au monde, explique-t-il. Il faut gérer la navigation, l’économie de sa moto et bien sûr rouler vite." Ses trois premières participations ont servi d’apprentissage au point d’en faire l’un des principaux favoris en janvier prochain. Et s’il faut en sortir un, ce sera lui. Sur un terrain à fort pourcentage de sable, 'VBA' sera dans son élément. Elevé à l’Enduropale du Touquet (trois victoires en 2014, 2015, 2016), refuse pourtant l’étiquette de favori. "Toutes les qualités requises pour gagner un Dakar ne se résument pas à savoir être bon sur le sable, ajoute-t-il. Il faut être capable de naviguer, capable de rester concentré de longs moments. 300 km dans les dunes, ça ne se passe pas aussi vite que sur une piste." Si Van Beveren allie enfin vitesse, navigation et régularité, une voie royale s’ouvrira devant lui.

Xavier Richard - France TV,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar