Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Africa Eco Race 2019

Africa Race : Ils sont en Mauritanie

Après la journée de repos d'hier, une longue liaison matinale de 380 km pour rejoindre le poste frontière entre le Maroc et la Mauritanie, et une pause d’une heure pour se soumettre aux indispensables formalités administratives étaient au programme des concurrents du Sonangol Africa Eco Race® 2014. Après le passage de la douane, qui, soit disant en passant est de plus en plus moderne, organisé et rigoureux en Mauritanie, la compétition a repris ses droits par une spéciale de 174 km au profil plutôt rapide mais comportant quelques passages où la navigation était prépondérante.

Parmi les animateurs des catégories auto et moto, ceertains se sont laissés prendre au piège.
 
Moto : Theurtzbacher confirme !
Déjà vainqueur de la 3ème étape entre Foum Zguid et Assa où la navigation tenait une place très importante, Robert Theuretzbacher confirme qu’il est un bon navigateur et qu’il sait également rouler très vite. En effet, le pilote autrichien a remporté la spéciale avec 1’21’’ d’avance sur Michaël Pisano et ce, en partant derrière. Le Corse n’a pas trainé non plus puisqu’il relègue Harite Gabari, troisième, à 5’41. Il a tenu ainsi à remettre les pendules à l’heure : "J’ai pris l’initiative pour bien montrer à ceux qui ne le sauraient pas encore que je sais naviguer et aller vite. Maintenant, je vais me dépêcher d’aller au bivouac faire cuire les pâtes car certains sont partis aux Champignons et il va y en avoir beaucoup. C’est bon les pâtes aux cèpes !"

Un commentaire en aparté qui en dit long sur la pression qui monte dans la catégorie moto entre le pilote de l'Honda 450 et ses adversaires directs aux guidons de KTM 690, comme Dominique Robin, 5ème à 7’07’’ et Norbert Dubois à 9’11’’ qui commettait une erreur sur le parcours. Un mot sur les beaux-frères belges Joris Van Dyck et Gwen Backx qui continuent d’étonner en terminant respectivement 4ème et 7ème au guidon de leurs KTM 500 EXC. Quant Julia Schrenk, la Queen Princess du Rallye, la journée de repos lui a réussi après sa dure semaine marocaine, elle a signé la 18ème place de la spéciale devant quelques collègues dit du sexe fort.

Au général, avant la grande bataille des dunes dès demain dans l’étape Chami-Akjoujt, Michaël Pisano - toujours sans victoire d'étape - compte désormais 13’09’’ sur Dominique Robin et 39’40’’ sur Norbert Dubois. L’addition commence à être lourde pour ce dernier, d’autant plus qu’il est à présent sous la menace directe de Joris Van Dick à 2’44’’.

Auto : Troisième victoire d’étape pour Sabatier !
Qui dit spéciale roulante, dit victoire d'un Buggy. Sauf que, aujourd’hui, ce n’est pas Jean Louis Schlesser qui s’impose, contrairement aux attentes. En effet, Jean Antoine Sabatier a encore fait parler la puissance de son Bugga One pour devancer Balazs Szalay et reléguer l’Opel Mokka V8 à 2’34’’. Une véritable performance qui permet par ailleurs au pilote français de revenir à 2’59’’ du deuxième au général, Jacky Loomans. Celui-ci a perdu de précieuses minutes sur une erreur de navigation. De ce fait, les outsiders en ont profité pour s’illustrer à l’image du Kazakh Yuriy Sazonov, 3ème sur son Hummer H3 ou encore Stéphane Henrard 5ème après Jean-Louis Schlesser. Mentions spéciales pour Kanat Shagirov, 7ème sur le second Hummer du Team Kazakh Mobilex et surtout Frédéric Pitout 9ème sur un modeste Buggy Prédator derrière Michel Turon-Barrère. Dans la catégorie des 'Deux Ponts Rigides', la victoire revient à Gaëtan Ge sur son Bowler Wildcat alors que Philippe Thiolat s’impose dans la catégorie T2 des véhicules proches de la série.

Au général, avant les étapes dans les redoutables sables mauritaniens, les écarts pourraient s’avérer importants. Jean-Louis Schlesser est plus que jamais leader avec 49’20’’ d’avance sur Jean Antoine Sabatier et 52 ‘19’’ sur Jacky Loomans. Mais rien n'est acquis, tout peut basculer à tout moment !

Camion : Tomecek, le Tatra TGV du désert
En signant le 10ème chrono au volant de son Tatra, Tomas Tomecek a tenu à montrer qu’il était présent sur les étapes rapides aussi... Résultat, le Tchèque relègue le MAN de son adversaire directe Elisabete Jacinto à 8’14’’ alors que le MAN de Noël Esseers reste sur le podium à 13’53’’ du Tatra, ce qui va compliquer la tâche de la portugaise dans les dunes, mais tout est envisageable !

Le galérien du Sonangol Africa Race
Thomas Schattat est au départ et à l’arrivée du Sonangol Africa Eco Race® au guidon de sa Yamaha 450 depuis la première édition en 2009. La particularité de cet ingénieur allemand de 50 ans, il roule sans assistance et, c’est un des camions de l'organisation qui lui transporte sa malle. Il a passé la journée de repos à Dakhla à réviser entièrement sa Yamaha 450 WR. Sorti en 12ème position de la spéciale de ce jour, il a malheureusement cassé son moteur dans la liaison. La légendaire solidarité qui règne sur ce rallye africain a opéré une nouvelle fois puisque le Team Elite Racing lui a prêté un moteur neuf pour qu’il puisse aller au bout de cette 6ème édition. Après avoir passé 10 heures sur la moto et mécaniqué durant 4 heures, Thomas Schattat pourra repartir demain et, échange de gestes de solidarité, il s’est engagé à guider Julia Schrenk dans les dunes mauritaniennes.


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Toutes les actus Africa Race - Africa Race