Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Morocco Desert Challenge 2020 - Official Trailer

Dakar Etape 9 Autos : Paroles de pilotes à Pisco...

Ils se sont tous cassés les dents à vouloir bousculer Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel. Rien n'a destabiliser le Qatari, pas plus le français durant les neuf étapes du Dakar qui en comportent 10. Demain, pour l'utlime étape, Nasser et Matthieu vont restés concentrés sur leur job respectif pour aller signer la passe de trois sur le plus grand rally-raid dans le monde.

 

 

Nasser Al-Attiyah, le leader du classement général remporte sa 34ème étape sur le Dakar et se dirige vers un troisième titre… s’il ne connaît pas de problème majeur durant les 116 derniers kilomètres de l’ultime étape ramenant les concurrents à Lima.
Nasser Al-Attiyah : "Nous avons vu Sébastien arrêté. Je ne savais pas pour Stéphane, je l’apprends sur la ligne d’arrivée, j’espère qu’il va bien. En tout cas c’était encore une étape difficile. Il y avait beaucoup de sable mou, mais nous avons fait attention et je peux être content. A partir de maintenant tout va bien. Il nous faut juste ramener tout cela à Lima. Nous avons toujours essayé de faire de notre mieux, et ce n’est pas facile. Tous les jours, il a fallu maintenir une bonne allure, faire attention à ne pas commettre d’erreur, ni moi, ni Mathieu. Nous avions une stratégie et nous menons le Dakar depuis l’étape 3, ensuite nous avons continué de creuser l’écart."

 

- A l’approche de la conclusion d’une course très solide, Nani Roma décroche une belle deuxième place à l’arrivée de l’avant-dernière étape. Le pilote Mini termine à 4’58” de Nasser Al-Attiyah et bétonne surtout la deuxième place du classement général avec désormais plus d’une heure d’avance sur Sébastien Loeb.
Nani Roma : "J’ai fait de mon mieux. C'est une bonne journée. L’étape était compliquée en navigation, mon copilote Alex Haro fait un super travail sachant qu’il roule depuis cinq jours avec deux côtes cassées. Il souffre beaucoup et je trouve qu’il est très fort de s’accrocher comme il le fait. Je pense que la dernière journée sera un peu moins difficile, parce ce que ces étapes ont été d’un niveau particulièrement relevé."

- Le pilote du team PH-Sport, Sébastien Loeb, a laissé filer 1h15 dans l’étape du jour trahgi par une transmission, mais reste toutefois sur le podium à la veille de l’arrivée, derrière Nani Roma et devant Jakub Przygonski.
Sébastien Loeb : "J’ai la main abîmée parce que j’ai tapé dans la voiture de rage. C’était bien parti, mais on un cardan qui a cassé. On a mis du temps pour le changer, on a galéré à mettre un clips, et l’on sans doute mal mis, ce qui a cassé notre cardan. On a attendu Pierre Lachaume pour qu’il nous file son cardan de secours. On a rechangé et galéré pendant une demi-heure pour mettre le clips, qui était bien fixé cette fois-ci… et puis on est rentré. Non, ça veut pas."

 
Assumant son rôle de porteur d’eau auprès de Nasser Al-Attiyah, Giniel De Villiers a terminé la neuvième étape en troisième position à 7’15 du leader et vainqueur de l’avant-dernière spéciale du rallye. Demain encore, le Sud-Africain qui occupe la huitième place du classement général sera au soutien du Qatarien.
Giniel de Villiers : "Je suis très heureux pour l’équipe. Nasser a fait un super travail. On l’a suivi durant la première partie de la spéciale, au cas où... Ensuite, c’était plus difficile de rester près de lui car il y avait beaucoup de fesh-fesh. On a un peu perdu de temps en cherchant deux ou trois way points. C’était une étape difficile avec des dunes et des way points difficiles à trouver. Mais on est là, il ne reste plus qu’une journée. L’objectif, c’est que Nasser gagne pour Toyota. Il y a encore 110 km à boucler, nous ferons le maximum."

Jakub Przygonski enchaîne les étapes avec adresse. Quatrième à l’arrivée de l’avant-dernière spéciale du rallye, le Polonais s’empare de quatrième place du classement général. Une position qui réjouit le pilote Mini.
Jakub Przygonski : "C’est une très bonne journée. On a attaqué sur la première partie de la spéciale mais une petite crevaison nous a malheureusement ralentis. Et puis surtout, à dix kilomètres de l’arrivée, nous nous sommes plantés et nous avons perdu dix ou douze minutes. C’est le Dakar. On a une auto standard qui n’a pas la même puissance que les usines, mais cela ne nous empêche pas de rouler sur un très bon rythme."

 

 

- Deuxième de l’étape Gérard Farres l’ancien motard espagnol est également en deuxième position du classement général, à près d’une heure de Francisco Chaleco Lopez.
Gerard Farres : "Je crois qu’en termes de navigation, l’étape d’aujourd’hui était la plus compliquée, mais Dani Oliveira a fait un super travail. L’important, c’est qu’on soit arrivé ici dans cette position, parce c’était une journée crucial."


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar