Dakar/XTrême+ : Les Polaris sortent de l'enfer !

La 11ème étape fut longue, presque autant que celle de la veille, elle ralliait Antofagasta à San Salvador, une toute petite ville minière située dans les terres et à 1.612 mètres afin d'échapper à la Camanchaca (brouillard, condensation dû à la proximité du désert, de l'Océan et de la Cordillère des Andes) qui sévit souvent le matin dans la région empêchant les hélicoptères de voler.



Cette spéciale a été vécu de nouveau comme un enfer pour les Polaris RZR Xtreme+ dont le occupants ont mangé, une fois encore beaucoup de poussière, indigestion à laquelle s'ajoutait les cailloux. Deux d'entre eux sont tout de même à l'arrivée : Duclos/Delaunay en 39ème position et Willy Alcaraz 41ème !

Nicolas Duclos/Sébastien Delaunay (n°364) : "C'était apocalyptique", décrit Nicolas en descendant de sa machine couverte de poussière ! "A part deux fois 4 km dans les dunes, tout le reste c'était du fesh-fesh et des cailloux format gros pavés ! Nous avons roulé durant près de 500 km avec Willy puis, à la sortie des dunes, quand nous avons regonflé nos pneus, on s'est perdu de vue... À l'arrivée, Sébastien m'a avoué m'avoir menti... Quand il a regonflé, il m'a dit que nous avons un pneu endommagé mais en fait, c'était un soufflet de cardan arraché ! Le menteur ! Tout ça pour ne pas m'inquiéter" dit-il en éclatant de rire !

Willy Alcaraz (n°350) : "J'ai crevé à trois reprises ! Une première fois au km 90, ensuite au km 150... Sans lever le pied après la première crevaison, j'ai continué à attaquer... J'ai roulé 350 km comme sur des œufs car je n'avais plus de roue de secours. J'ai crevé une troisième fois dans le fesh-fesh... j'ai dû réparer avec des mèches mais ça n'a pas tenu, raison pour laquelle, j'ai couvert les cinq derniers kilomètres sur la jante."

Judith Tomaselli,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar