Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Africa Eco Race 2019

Dakar/Etape 1 autos : Paroles de cadors...

Aux commandes de son Haval, c'est le portugais Carlos Sousa qui a signé le meilleur chrono de la spéciale avec 11 secondes d'avance sur le Mini de Orlando Terranova, deuxième. Nasser Al-Attiyah se classe troisième usant et abusant dans le parcours typé WRC de ses talents tandis que Stéphane Peterhansel se retrouve à la 6ème place suite à une crevaison, le français le plus capé est précédé du Mini de Nani Roma et du Buggy SMG de Carlos Sainz. Celui-ci n'a pas été des plus gentleman sur le parcours bloquant Nani Roma, plus rapide, sur les 60 derniers kilomètres...



Carlos Sousa : "Une victoire au mérite !"
"Nous réalisons un bon résultat, mais ça a été très dur. Nous n'avons pas la 'clim' dans la voiture et toutes les entrées d'air se sont bouchées. Et puis au km 50, la sortie d'air du turbo a cassé et tout l'air du moteur arrivait directement sur moi dans l'habitacle. Il devait faire plus de 70° dans l'habitacle, nous avions du mal à respirer! En fait, si j'ai roulé si vite, c'est que je voulais en finir avec cet enfer, mais j'ai bien cru qu'on ne pourrait pas aller jusqu'au bout. Au final, nous avons bien roulé sans erreurs, et nous l'emportons. Je suis ravi pour la marque, mais c'est vraiment une victoire au mérite, car nous avons énormément souffert."



Stéphane Peterhansel : "Pas un super départ..."
"Nous n'avions pas un mauvais rythme sur une belle spéciale, très sympa à rouler, très technique. Mais à 30 km de l'arrivée, une crevaison nous afait repartir juste devant Nasser, qui a tout de suite mis un coup de sentinel, donc je me suis à nouveau arrêté pour le laisser passer. Excepté cette petite crevaison, le feeling avec la voiture, la spéciale, c'était plutôt sympa... Bon, ce n'est pas un super départ, parce que perdre 3 minutes sur une spéciale courte comme celle-là, c'est pas terrible, mais c'est un bon départ quand même !"






Nasser Al-Attiyah : "Encore pas mal de choses à apprendre sur la voiture"

"Une bonne journée pour nous, sur une belle spéciale, où nous n'avons pas pris trop de risques. Sur la fin, j'ai rattrapé Stéphane Peterhansel qui m'a laissé passer, et au final je pense que nous faisons un bon temps. Je suis content de cette première journée, et j'espère continuer sur ce rythme, même si j'ai encore pas mal de choses à apprendre sur le maniement de la voiture. D'ailleurs, je ne suis pas totalement satisfait de mon réglage de suspensions qui ne convient pas parfaitement à mon style de pilotage. Mais ça reste une bonne journée tout de même."

Orlando Terranova : "C'était physique comme étape !"
"La journée a été agréable. C'était bien pour commencer. C'était quand même une étape physique. Derrière moi Carlos (Sousa) revenait très vite.  Il voulait me passer. Je n‘ai pas pris de risque.  En plus, l'auto marche biee. Il y a de quoi être content de cette première journée."



Carlos Sainz : "Trop lente cette étape !"
"Cette étape a demandé beaucoup de travail. Il a fallu s'employer.  C'était très sinueux. C'était très lent aussi. C'est sans doute l'étape la plus lente que j'ai connue sur un Dakar. C'était vraiment très, très lent. Et c'est précisément tout ce que n'aime pas le buggy !"



Ginil de Villiers : "Déjà content d'être ici !"
"Un très mauvais début de course pour nous. Après 30km, nous avons commencé à perdre la direction assistée, ce qui est fatal sur un tracé comme celui-ci, j'ai les bras et les mains en feu ! Donc, nous avons été obligé de rouler très lentement, et même de nous arrêter à trois reprises pour mettre toute l'huile que nous avions dans le système, mais la fuite à continuer et sur les 50 derniers kilomètres nous n'avions plus du tout de direction assistée. Franchement, c'était presque impossible de conduire dans ces conditions. Donc je suis déjà content d'être ici ! Pour la bagarre, il faudra attendre un autre jour !"

Robby Gordon : "Ca craint !"
"Je ne sais pas ce qui s'est passé, nous avons roulé tranquille sur la liaison et tout allait bien. Mais dès que nous avons attaqué la spéciale, nous avons souffert de Vapor lock nous obligeant à s'arrêter. Puis, tous les autres liquides de la voiture ont commencé aussi à surchauffer, nouvel arrêt et ainsi 5 ou 6 fois... Finalement, alors que nous étions encore arrêtés le concurrent du Toyota n°390 nous a proposé de nous tracter jusqu'à la fin de la spéciale... Franchement, c'est étrange, je ne sais pas d'où ça vient. Nous allons étudier ça au bivouac mais, ça fait mal au coeur, nous en sommes seulement à la première journée de course et nous prenons déjà deux ou trois heures de retard... Ca craint !"

CAMION/Gerard De Rooy : "Pas mon terrain préféré..."
"Une spéciale vraiment piégeuse, très typée WRC, ce qui n'est pas mon terrain préféré, mais bon... J'ai trouvé que nous n'allions pas très vite en début de spéciale, mais nous sommes quand même revenu sur le Kamaz de tête, qui n'était pas très rapide non plus. Nous sommes restés derrière lui pendant environ 30 km, mais dès que ça a été possible, j'ai actionné le sentinel et il s'est rangé proprement sur la droite pour me laisser passer. Une journée tranquille en fait, en sécurité."

CAMION/Alès Loprais : "Je dédie ce bon réusltat à mon fils..."
Pour être honnête je suis un peu déçu d'échouer à 10 secondes de Mardeev... Mais la spéciale était bien plus piégeuse que je ne le pensais et nous avons commis deux ou trois petites erreurs qui expliquent qu'on ne gagne pas. Néanmoins finir sur le podium d'une spéciale au Dakar est toujours satisfaisant. Je dédie ce bon résultat à mon fils qui est né il y a quelques jours seulement et à sa maman."


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar