Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Africa Eco Race 2019

Dakar/Etape 1 Autos : Sousa sort de sa réserve...

Il ne faut jamais préjuger du potentiel des uns et des autres avant les premières explications sur la piste. La science de la course et la puissance de feu des 11 Mini alignées au départ laissait théoriquement peu d'espoir aux outsiders. Et pourtant, la concurrence a trouvé à s'exprimer avec un fidèle ténor du Dakar, qui est venu griller la politesse à Peterhansel et Al Attiyah autant qu'à Sainz et Roma par exemple. Carlos Sousa, qui affiche une régularité exceptionnelle à ce niveau depuis 2001, avec neuf Dakar consécutifs terminés dans les 7 premiers du classement général, signe sa sixième victoire d'étape, au volant d'un 4x4 sorti des usines du constructeur officiel chinois Haval.

C'est à domicile que le pilote portugais s'était pour la dernière fois imposé sur le rallye, déjà sur la première étape, lors de l'édition 2007 ayant également débuté par une spéciale sinueuse du côté de Portimao.

Le coup d'éclat est savoureux pour Sousa, mais plutôt amer pour Orlando Terranova, lui aussi spécialiste des tracés techniques propres à la région de Cordoba. L'Argentin doit se contenter de la 2ème place pour un retard de 11'' sur la ligne d'arrivée, mais peut toujours se prévaloir du statut de premier pilote Mini à l'arrivée, équipe qui constitue à elle-seule un championnat très relevé. Arrêté par une crevaison en fin de parcours, Stéphane Peterhansel a cédé un peu de terrain à Sousa et Terranova, mais aussi à Al Attiyah (3ème à 47''), à Roma (4ème à 1'15'') et même à Carlos Sainz (5ème 4'03''). Pour autant, il n'y a pas d'angoisse à cultiver du côté de X-Raid, avec 6 voitures dans le Top 10. La situation est plus inquiétante pour Giniel De Villers, gêné par des problèmes de direction et arrivé à San Luis avec près de 16 minutes perdues sur Sousa. Au rayon des désillusions, Robby Gordon a pris le départ avec une demi-heure de retard sur son horaire prévisionnel. Le débours s'annonce conséquent pour le pilote américain, mais peut-être pas autant que pour les deux buggys du team d'Eric Vigouroux, pilotés par Guerlain Chicherit et BJ Baldwin… mais bloqués à moins de vingt kilomètres de l'arrivée par des problèmes mécaniques liés à l'évaporation de l'esssence.

Belle empoignade en camions
 L'empoignade entre camions a également été mouvementée et les cadors se tiennent, à l'issue des 180 km de spéciale, en quelqeus minutes. À l'issue de cette étape sinueuse c'est le Kamaz de Mardeev qui remporte la mise tandis que le tenant Nikolaev, après un début de parcours hésitant, finit 5e à 4 minutes. Loprais, De Rooy  et Van Vliet  s'intercalant dans le mouchoir de poche de ce premier round où les cinq premiers se tiennent en 4 minutes. 

A.S.O.,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar