WEC : Les pneumatiques Michelin répondent aux nombreuses et différentes sollicitations du Fuji Speedway

Le Championnat du Monde d’Endurance FIA-WEC a retrouvé en ce dimanche 11 septembre 2022 le Fuji Speedway, lieu emblématique du sport automobile qu’il n’avait pas fréquenté depuis 2019. Après le circuit de Monza (Italie), qui fête cette année son centenaire, et avant les 8 Heures de Bahreïn programmées en novembre pour l’épilogue de la saison, les concurrents se sont affrontés au cours cette 5ème manche du championnat 2022. Et si les essais libres et les qualifications se sont déroulés sous un ciel assez couvert, les 6 heures de course ont quant à elles eu lieu sous un soleil radieux, avec un mercure qui a dépassé les 30°C dans l’air et a frôlé les 50°C au sol. Des températures relativement élevées qui ont permis à Michelin de démontrer la large plage de fonctionnement de sa gamme Endurance.

D’une longueur de 4,563 km pour 16 virages, le Fuji Speedway est situé au pied du Mont du même nom, à une centaine de kilomètres de Tokyo, la capitale du Japon. Inauguré en 1965, le tracé a subi plusieurs modifications, et offre la ligne droite la plus longue de la saison des circuits permanents. Propriété de Toyota depuis 2005, Fuji a vu la victoire de l’écurie japonaise à huit reprises en neuf courses (2020 et 2021 n’ont pas eu lieu pour des raisons de contexte sanitaire mondial). C’était donc la première fois que les voitures de la catégorie Hypercar participaient à une course sur ce circuit, laquelle s’est soldée la victoire de la Toyota GR010 Hybrid #8, pilotée par Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa. La voiture sœur, la Toyota GR010 Hybrid #7 quant à elle confiée à Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez, assure un doublé au constructeur japonais. La troisième marche du podium est occupée par l’Alpine A480 Gibson #36, pilotée par André Negrão, Nicolas Lapierre et Matthieu Vaxivière.

« Comme l’ensemble des participants du FIA WEC, nous étions impatients de retrouver le Japon, le Fuji Speedway et son ambiance unique » indique Pierre Alves, manager des programmes Endurance de Michelin. « Outre le contact avec les fans, venus en nombre, nous avions pour ambition de tester nos gammes Endurance qui roulaient ici pour la première fois, et de récupérer un maximum de données. Aussi, nous pouvons dire que nous sommes pleinement satisfaits de notre niveau de performance, que ce soit en Hypercar ou en GTE Pro. Dans la catégorie reine, les écuries ont très bien valorisé le cran de gomme médium, sur une piste qui est montée jusqu’à 47° au sol ! Et pourtant, la performance a été présente à tous les niveaux, avec des pneus en parfait état de fraîcheur même après deux relais. En GTE Pro, certaines équipes ont adopté des stratégies différentes en début de course, mais nous avons rapidement constaté que la gomme Medium constituait un meilleur choix que les pneus Soft temps chaud. Lors des séances d’essais libres, avec une température piste inférieure à 30°C les écuries avaient d’ailleurs eu l’opportunité de tester longuement le second cran de gomme mis à leur disposition, et donc de mieux se préparer pour la course. Le fait de proposer deux spécifications de pneus fonctionnant sur des plages de température distinctes nous permet également de démontrer la pertinence et la complémentarité de nos offres.

Le circuit de Fuji est particulièrement compliqué, avec trois secteurs au profil très différent, qui demandent aux pneumatiques de fournir un spectre très large de qualités. Ici il faut à la fois offrir beaucoup de grip et de motricité dans les zones lentes, mais aussi répondre aux vitesses élevées avec une parfaite stabilité dans les zones rapides, y compris sur les gros freinages.

Les résultats obtenus démontrent la performance dans la durée de nos pneumatiques, avec des chronos de même niveau du premier au dernier kilomètre, quelle que soit la gomme choisie. Des circuits-tests comme le Fuji Speedway sont également très importants dans nos processus de développement, car ils représentent de véritables laboratoires d’essais. Alors que nous nous préparons à vivre une période très intense en Endurance mondiale, nous avons plus que jamais besoin de collecter des données afin de fournir les meilleurs pneumatiques sur toutes les typologies de circuit à travers le monde. »

En marge de la catégorie Hypercar, où Michelin équipait les cinq voitures engagées, le manufacturier tricolore était le partenaire de toutes les voitures engagées en LM GTE Pro, où là aussi cinq voitures se livraient bataille. Dans cette catégorie de haut niveau, c’est un doublé Ferrari du team AF Corse : d’abord la 488 GTE EVO #51 (James Calado, Alessandro Pier Guidi), puis la 488 GTE EVO #52 (Miguel Molina et Antonio Fuoco). La troisième marche du podium est occupée par la Porsche 911 RSR-19 de Kevin Estre et Michael Christensen (écurie Porsche GT Team).

En LM GTE Am, où 13 voitures s’affrontaient, les 6 Heures de Fuji ont été remportées par l’Aston Martin Vantage AMR #33 (TF Sport), pilotée par Marko Sørensen, Henrique Chaves et Ben Keating. Ils devancent la Ferrari 488 GTE EVO #95 (Iron Dames) confiée à l’équipage féminin Rahel Frey, Michelle Gatting et Sarah Bovy. Sotoshi Hoshino, Tomonobu Fujii et Charles Fagg occupent quant à eux la troisième place à bord de leur Aston Martin Vantage AMR du team D’Station racing. Ces trois voitures sont elles aussi équipées de pneumatiques Michelin.

La saison 2022 du Championnat du Monde FIA-WEC se terminera le samedi 12 novembre avec les 8 Heures de Bahreïn.

Alessandro Barlozzi,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*