9X8, L’Hypercar électrifiée 100% PEUGEOT

L’électrification de sa gamme est au cœur de la stratégie de PEUGEOT, qui vise à offrir au plus vite une mobilité décarbonée. Quel rapport avec les débuts en course de la marque aux 6 Heures de Monza le 10 Juillet prochain ? L’engagement de la marque en FIA WEC (Championnat du Monde d’Endurance) et aux 24 Heures du Mans dans la catégorie reine, le LMH, avec la PEUGEOT 9X8 dotée d’une motorisation hybride ultra-sophistiquée, contribue à l’accélération des progrès en matière de technologies électrifiées. LMH ? La création de cette catégorie a été déterminante dans la décision de PEUGEOT d’opter pour les courses d’Endurance.

LE SPORT, ACCELERATEUR DE PROGRÈS ET SOMMET DE L’EXIGENCE
L’ADN de Peugeot contient depuis toujours une forte composante sportive. Il y a tout juste 127 ans, en Juin 1895, a eu lieu la toute première course automobile chronométrée au monde, et c’est une PEUGEOT, pilotée par Paul Koechlin, qui a été déclarée victorieuse.

Depuis, la Marque au Lion s’est toujours engagée en compétition automobile, par passion autant que par raison. Le sport auto accélère les recherches et les développements de toute solution technique. L’espace-temps et les contraintes de la course permettent d’obtenir des résultats et des validations beaucoup plus rapidement qu’avec un agenda de travail classique. Consommation, fiabilité, performance, sécurité… de nombreux acquis des pilotes deviennent ceux des conducteurs de tous les jours. Le label d’exigence de la compétition correspond à celui de PEUGEOT : l’Excellence.

Au fil des décennies, PEUGEOT a goûté à presque toutes les disciplines, s’y engageant en fonction des changements de règlements aussi bien que de ses orientations stratégiques. La création en juin 2019 de la catégorie LMH pour les courses d’Endurance a convaincu PEUGEOT de revenir à cette discipline et aux 24 Heures du Mans.

Tout d’abord, la nouvelle règlementation LMH ouvre la possibilité de faire un usage bien plus raisonné de toutes les ressources, avec un abaissement des coûts pouvant atteindre, selon les rédacteurs du règlement, 80% par rapport au LMP1, la catégorie reine précédente, en cours jusqu’en 2021. Aussi, elle permet de créer des voitures qui reprennent les codes du design des voitures de série de leurs marques respectives. Et surtout, le LMH permet de choisir entre divers concepts techniques : les voitures peuvent être dotées d’un système de propulsion hybride, et c’est précisément la parfaite maîtrise de la chaîne d’électrification qui intéresse PEUGEOT au premier chef.

MAITRISE TOTALE DE L’ÉLECTRIFICATION
LMH, c’est l’abréviation en cours pour Le Mans Hypercar, la nouvelle catégorie ultime de l’Endurance et des 24 Heures du Mans. Afin d’enrichir les plateaux, le championnat d’Endurance aux Etats-Unis (IMSA) a fait converger son règlement avec celui du LMH mis en place pour le WEC (organisé par la Fédération Internationale de l’Automobile – FIA – et l’Automobile Club de l’Ouest – ACO), en créant la catégorie LMDh (Le Mans Daytona h).

Les concurrents du LMDh utilisent des châssis produits par 4 fabricants identifiés, et des éléments d’hybridation standardisés. En d’autres termes, l’un des éléments techniques différenciants fondamentaux du LMDh, c’est le moteur thermique : les marques engagées apportent leur savoir-faire avec leurs moteurs à essence, mais s’appuient sur celui de prestataires extérieurs pour le châssis et les systèmes d’électrification.

Cependant, ce qui intéresse PEUGEOT au plus haut point dans son engagement en compétition, ce n’est pas le thermique, mais l’électrification. D’où son choix très résolu de la catégorie LMH.

Le plan Dare Forward du groupe Stellantis prévoit que l’entreprise tout entière soit totalement décarbonée d’ici 2038 et réduise son empreinte carbone de 50% d’ici 2030. Il est évident que l’électrification des modèles de série jouera un rôle fondamental pour y parvenir. La maîtrise rapide de ses technologies est donc un enjeu crucial. Et les développements des groupes motopropulseurs électrifiés et des software de pilotage associés sont l’image du basculement de Stellantis de constructeur d’automobile à une entreprise technologique.

100% PEUGEOT !
« D’un côté », souligne Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport et de Peugeot Sport, « la catégorie LMH nous permet de construire une voiture que les spectateurs puissent immédiatement identifier comme étant une PEUGEOT. La collaboration réussie entre l’équipe des ingénieurs dédiés au sport et le bureau du style a livré une voiture fine, élégante, racée, avec une allure unique. Mais surtout, le LMH nous offre l’opportunité de concevoir et de développer une auto qui soit 100% PEUGEOT. Nous nous appuyons certes sur la compétence de partenaires précieux, mais nous avons à 100% la maîtrise technique de la voiture, et notamment de son très complexe système hybride, donc électrique, à quatre roues motrices.
« C’était pour nous une évidence que d’opter pour le LMH, qui nous permet d’accroître nos connaissances, et d’en faire la démonstration en course face à de grands noms de l’industrie automobile. »

L’hybridation joue un rôle important dans le système de propulsion de l’Hypercar PEUGEOT 9X8. Le moteur thermique entraîne les roues arrière, le moteur électrique les roues avant. L’enjeu est de faire fonctionner l’ensemble en parfaite harmonie dans des situations extrêmes de stress mécanique et thermique, avec une exigence absolue en termes de réactivité, de fiabilité et d’efficience.

« Comme tous les véhicules hybrides récents, la 9X8 s’appuie sur un système complexe : près des 2/3 de la puissance sont issus du moteur thermique, et 1/3 du système hybride, précise Jean-Marc Finot. Le système hybride est une production 100 % Peugeot, et la batterie de haute
tension (900V), de haute puissance et de haute densité résulte de la combinaison des recherches menées par TotalEnergies, Saft, ACC et PEUGEOT. »

Le moteur V6 2,6 l bi-turbo (520 kW – 710 ch) qui anime l’essieu arrière et le système électrique de 200 kW (270 ch) placé sur l’essieu avant sont issus des bureaux de recherche du département Peugeot Sport de Satory, sous la responsabilité d’Olivier Jansonnie, directeur technique et de François Coudrain, responsable powertrain.

La PEUGEOT 9X8, Hypercar hybride à 4 roues motrices, fera ses débuts en course aux 6 Heures de Monza le 10 Juillet. Même si elle n’a pas encore couru officiellement, elle a déjà contribué à la recherche sur l’hybridation de la Marque, puisque la PEUGEOT 508 PSE, qui a été développée en même temps qu’était conçue la 9X8 par la même équipe d’ingénieurs, est équipée d’une intelligence et d’un système hybride d’une puissance totale de 265 kW/360 ch directement dérivés du programme Hypercar.

Mais les échanges entre les équipes techniques de Peugeot Sport et celles chargées de créer les prochains modèles de la gamme ne s’arrêtent pas là. On verra bientôt apparaître des technologies de la 9X8 sur d’autres modèles PEUGEOT, notamment dans le domaine crucial de l’électrification.

Justine Morice,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*