Jérôme de Sadeleer et Michael Metge : Association d’un Aspirant et d’un Major !

Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. Depuis la Baja Aragon à Teruel leur avenir en rallye-raid s’est cacheté en prévision du Dakar. Dans un Can-Am qui répond à leur apprentissage, le binôme a participé au Rallye du Maroc avec cette envie de s’instruire et de se compléter avant le grand rendez-vous du mois de janvier. Si, Michael connait la discipline par des années sur deux roues (dont 7 Dakar), manipuler la tablette était un nouvel élément auquel il devait s’adapter. Plus important, le pilote stagiaire vit son apprentissage et s’applique à les mettre en place. Nouveau dans la discipline, Jérôme fait preuve de capacité et de sens du pilotage qui se paye comptant par des résultats révélateurs.

« Le rallye-raid est beaucoup plus difficile que je ne l’imaginais. La Baja espagnole était bien plus facile. Toutes les erreurs que nous devions faire sur un rallye, sont faites. Nous avons retourné le Can-Am dans les dunes, des crevaisons… mais c’était aussi une occasion pour développer le SSV. Le programme se poursuit normalement et je me débrouille de mieux en mieux ! » reconnait le pilote tout à sa satisfaction.

Jérôme, le pilote qui monte
Si, Jérôme (33 ans) est à son travail avant son premier Dakar, Michael a le nez pour naviguer sur les pistes. Son importante expérience acquise à moto se montre porteuse et facilite la tâche de son pilote. « Nous sommes complémentaires, c’est important avant de rejoindre le Team de Cyril Neveu dans lequel nous évoluerons en Arabie Saoudite… »

SONY DSC

Michael de la moto à l’auto !
Pour Michael Metge dont la reconversion était évidente, il aborde le Dakar avec sérénité. Les deux tests grandeur nature effectués en amont lui ont permis de s’apprivoiser : « Je dirai que commencer à la Baja était une bonne idée car, sur le plan navigation il y avait beaucoup notes, cela m’a permis de me plonger dans le bain. Au Maroc, c’est différent. Retrouver le désert dans lequel je n’avais plus évolué depuis un moment fait du bien. J’avais de quoi m’amuser et j’ai pris beaucoup de plaisir à côté de Jérôme qui roule super bien avec peu d’expérience. Nous arriverons au Dakar plus fort et avec des valeurs ajoutées… »

Son premier amour…
L’ex-pilote de moto garde un œil sur la discipline estimée : « La première chose que je regarde en rentrant, le classement moto. J’examine comment s’est passé la journée. Sur le Maroc, les pilotes ont enroulé super vite et la bagarre fut extraordinaire. C’est impressionnant d’analyser leur chrono et de constater qu’elles roulent plus vite que les voitures. La discipline sur deux roues est mon premier amour, elle le restera ! » estime le Nîmois qui parallèlement fait du coaching : « J’entraine en prévision du Dakar le pilote indien du Sherco Rally, Noah (Koitha Veettil Harith), il vit chez moi… »

Marie-France Estenave
Photos MFE & DPPI

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*