ORNEC: Grande première réussie!

– Autocross et Sprint Car: la naissance d’un nouveau Challenge

Le weekend dernier se déroulait une grande première à laquelle tous les aficionados du sport automobile et de l’Autocross et du Sprint Car en particulier voulaient prendre part.

Le circuit de Steinbourg, organisait la première édition de cette épreuve comptant désormais pour le challenge ORNEC. Ce nouveau challenge régional vient ainsi rejoindre les 3 autres Championnats régionaux qui existaient auparavant :

-OUEST-Challenge Bernard Seiller (Quart Nord-Ouest de la France)
-CORAC (Quart Sud-Ouest de la France)
-SEAC (Quart Sud-Est de la France)
-ORNEC (Quart Nord-Est de la France)

L’Autocross et le Sprint-Car restent deux disciplines très populaires sur le plan National avec le Championnat et la Coupe de France, mais l’organisation pyramidale de cette discipline permet aux pilotes de faire leurs armes au niveau local avant d’en découdre, s’ils le souhaitent, sur la scène nationale. Peu de discipline du sport automobile peuvent se targuer de ces championnats régionaux qui offrent de superbes épreuves avec des plateaux de pilotes engagés conséquents. L’arrivée et la renaissance d’un challenge régional dans le nord-est de la France devrait servir de terreau pour nos futurs champions. Pour ne citer que quelques pilotes venus du grand-est, il y a quelques références : Lejeune, Leroy, Lagarde, Schwinnen, Le Brun, Fauconnier, Makhlouf, Anacleto, Warnier, Mazzoleni, Drouin… Cette région a toujours été pourvoyeuse de nombreux pilotes, malheureusement, la sortie de Pure (Ardennes) du Championnat de France en 2008 nous a quelque peu éloigné de cette belle région. Depuis l’arrivée de Steinbourg en Championnat et Coupe de France en 2018, un frémissement s’est fait sentir. Il a fallu saisir ce frémissement pour que le grand Est retrouve ses lettres de noblesses.

C’est Nicolas Langhendries, le pilote de Valenciennes qui a pris son courage à deux-mains et qui s’est lancé : « J’ai tout de suite contacté Jeremy Stark, le pilote-organisateur de Steinbourg, il ne m’a pas répondu qu’il allait réfléchir, il m’a tout de suite dit : Il faut le faire. » Jeremy, apporte son expérience d’organisateur et de membres de l’OFAC pour accompagner Nicolas dans les démarches administratives. Vainqueur de la coupe de France féminine en 2013, Céline Leleu est également sollicité pour rejoindre l’aventure : « J’ai grandi avec Nico sur les pistes du Nord-Est, c’est comme un frère. Je connais bien Jeremy et la famille Stark, alors j’ai dit oui immédiatement. »

Les trois compères se lancent ensuite dans une opération séduction pour trouver au minimum cinq circuits prêts à rejoindre l’aventure. Nicolas confie : « Certains autres circuits sont déjà candidats, ils voulaient attendre la première édition pour confirmer leur participation. » Malheureusement, la crise sanitaire que nous connaissons cette saison 2020 n’a pas permis aux quatre premières épreuves de se dérouler. Pour autant, les trois compères ainsi qu’Alexandre STARK (Président de Terre 67-circuit du Soleil) ne baissent pas les bras. Jeremy nous confie : « Il fallait au moins une épreuve cette année, je savais que mon frère (Alexandre SATRK, ndlr) accepterait de relever ce défi. »

Avec 130 pilotes engagés sur cette épreuve, le succès est immédiat. « Malheureusement, les conditions sanitaires se sont durcis fortement en Allemagne le vendredi soir de notre épreuve, une vingtaine de pilotes Allemands n’ont pas pu nous rejoindre », confie Jeremy Stark.

Pour autant la météo clémente tout au long du weekend, a permis aux pilotes de se retrouver dans une ambiance conviviale dans le respect strict des gestes barrières. « On s’est donné trop de mal pour mettre cela sur pied, qu’il était inenvisageable de devoir annuler à cause du non-respect des gestes barrières », nous dit Céline Leleu.

Les pilotes et leur accompagnants ont joué le jeu et savait bien que le maintien de la seule épreuve du ORNEC était conditionné par le respect des gestes barrières.

Présente sur place, Valérie Carteron, présidente de l’OFAC ne peut que se réjouir d’un tel évènement : « Je suis ici en spectatrice, je suis fier du travail accompli par Céline, Nicolas, Jeremy et tous les bénévoles qui entourent la famille Stark et son président Alexandre. Notre discipline se porte bien, la naissance de ce nouveau challenge est en la parfaite illustration. C’est une belle aventure dans laquelle se lance cette équipe, une aventure exigeante mais qui permet de faire grandir encore notre sport. La région du grand-est de la France nous a offert de grands champions depuis des années. Je suis sûr que le ORNEC aura un succès important et que très vite, certains de nos futurs champions nationaux seront passés par ce challenge pour faire leurs armes. » Les spectateurs se sont également donné rendez-vous sur les abords du circuit : « Je suis heureuse de voir que le public a répondu présent. Je ne pouvais pas louper cette première, je souhaite au ORNEC tout le succès qu’il mérite. Il rejoint ainsi le club des Challenges régionaux avec L’Ouest, le CORAC et le SEAC. Notre mission (l’OFAC) est d’accompagner les organisateurs du Championnat et de la Coupe de France, mais nous sommes bien sûr présents pour accompagner et soutenir les différents challenges régionaux sans qui le Championnat et la Coupe de France n’aurait pas ce rayonnement. J’en profite d’ailleurs pour saluer les autres organisateurs d’épreuves régionales qui ont réussi à organiser des épreuves », conclut Valérie Carteron.

Sur le plan sportif, cette première course du Ornec a été l’occasion de grande première. Impossible de passer à côté de la sensation du weekend, Lilou Durel (Kamikaz 3) qui devient ainsi la première fille à remporter une épreuve de l’ère Junior Sprint devant les garçons. En maxi Sprint, Nicolas Fourneau (Squal’Car) l’emporte, tandis que Tristan Fauconnier (Camotos) relève le défi de son père en remportant pour la première fois une épreuve Buggy Cup, il décroche ainsi le volant de son Père, désormais retraité. Mendy Holley (Squal’Car), remporte le weekend dans la catégorie féminine. En Buggy 1600, c’est le Luxembourgeois, Kevin Peters qui s’impose pour la première fois avec sa nouvelle machine, tandis que David Meat, pilote Officiel Kamikaz, l’emporte au volant de son K3 pour la première fois. On attendait un final en apothéose avec la super buggy, malheureusement un drapeau rouge a obligé la direction de course à redonner le départ avec seulement deux participants. Francis Mourot (Peters) s’élançait seul depuis la première ligne tandis que Petr Nikodem, le Tchèque, s’élançait de la troisième ligne. Francis savait qu’il allait avoir fort à faire avec le double champion d’Europe. Petr Nikodem déborde Francis Mourot dans le premier tour puis se libère et nous régale. Petr nous livre un festival sur le circuit du soleil et nous offre une explosion de puissance à chaque passage, n’hésitant pas à aller chercher tous les extérieurs pour exploiter au maximum sa machine sous les applaudissements continus du public. Petr Nikodem confie à l’arrivée : « Je suis content de remporter cette finale même si j’aurais préféré me battre avec plus de pilotes Français. J’ai voulu tester les limites de mon buggy dans cette finale et faire plaisir au public. Je sais que c’était une première épreuve particulière pour vous. Elle nous a permis de poursuivre le développement de notre machine et je souhaite remercier les organisateurs pour la qualité de leur accueil et de leur épreuve. »

Voilà, c’est ainsi que le rideau est tombé sur la saison 2020 d’Autocross et de Sprint Car, avec la naissance d’un nouveau challenge régional, rassurant pour la pérennité de notre belle discipline. Merci encore aux trois mousquetaires, Céline, Nicolas et Jeremy d’avoir relevé ce défi. Merci à Alexandre STARK, le président de Steinbourg d’avoir accueilli cette grande première.

Excellente intersaison, rendez-vous en 2021

Communiqué FFSA,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*