Maroc Overdrive: de Villiers offre une superbe victoire à Toyota

Giniel de Villiers © DR

– Al-Attiyah coiffé de trois petits points par Peterhansel pour le titre de la Coupe du monde FIA

– La star de F1 Alonso termine sa première épreuve FIA tout-terrain à la 26ème place

– Le Saoudien Yazeed Al-Rajhi, cinquième, finit en tête des équipages Overdrive Racing

 

Overdrive Racing et Toyota Gazoo Racing ont connu des fortunes diverses dans un Rallye du Maroc à rebondissements, servant de cadre à l’ultime manche de la Coupe du monde FIA des rallyes tout-terrain.

Le pilote sud-africain Giniel de Villiers a réussi à remporter sa quatrième victoire en terre marocaine, la première avec son nouveau navigateur espagnol Alex Haro, au volant de l’un des quatre Toyota Gazoo Racing Hilux engagés. Il a devancé l’Espagnol Carlos Sainz de 17 min 42sec. Le podium a subi une ultime modification sur tapis vert, après la disqualification du troisième, le Français Mathieu Serradori, dont la voiture pesait 35 kg de moins que le poids minimum imposé par le règlement. Tous les pilotes classés derrière lui ont donc gagné une place.

Nasser Saleh Al-Attiyah avait attaqué l’épreuve avec neuf points d’avance au classement de la Coupe du Monde FIA des rallyes tout-terrain, mais les problèmes moteur qu’il a connus lors de la quatrième étape ont plombé l’avance que le Qatari et son navigateur français Matthieu Baumel avaient acquise au cours des trois premières journées.

Les deux hommes du team Toyota Gazoo Racing espéraient que leur rival Stéphane Peterhansel terminerait plus loin qu’à la cinquième place pour conserver leur titre mondial. Hélas, le Français a réussi à se hisser à la quatrième place (la cinquième initialement) et a privé le Qatari du titre pour trois petits points.

Fernando Alonso, double champion du monde de Formule 1, a acquis une précieuse expérience lors de sa toute première épreuve FIA tout-terrain. Il a surmonté des crevaisons, la rupture d’un pont avant et tous les pièges que le désert marocain lui a tendus pour rallier l’arrivée 26ème position en compagnie de son navigateur Marc Coma, quintuple lauréat du Dakar.

Le Néerlandais Bernhard Ten Brinke et le Belge Tom Colsoul ont pour leur part attaqué très fort dans les premières spéciales avant de perdre beaucoup de temps après avoir endommagé la voiture dans un trou. Ils se sont bien repris pour terminer à la 25ème place à Fès, à bord de la quatrième voiture Toyota Gazoo Racing.

De leur côté, Yazeed Al-Rajhi et l’Irlandais du Nord Michael Orr ont gommé un retard considérable au cours des cinq jours de course dans le désert pour terminer en tête du contingent Overdrive Racing, à la cinquième place.

Le duo russe composé de Viktor Khoroshavtsev et Anton Nikolaev n’a pas connu, lui, de gros problèmes pour ramener leur voiture préparée par Overdrive Racing à Fès à la 11ème place.

Enfin, le Néerlandais Erik van Loon et le Français Sébastien Delaunay se sont arrêtés pour prêter assistance à un concurrent accidenté, avant d’être victimes à leur tour de problèmes peu après, malgré plusieurs chronos impressionnants avec leur Toyota Hilux Overdrive Racing.

L’équipage français Ronan Chabot et Gilles Pillot n’a pas pu prendre le départ de l’épreuve, Chabot ayant effectué des tonneaux lors d’une séance d’essais avant l’épreuve.

Fès – Erfoud – Fès
Après un prologue disputé uniquement par les motos près de Fès, les voitures sont entrées dans le vif du sujet sous la forme de deux secteurs sélectifs, respectivement de 103,46 km et 225,70 km en direction du bivouac d’Erfoud.

Malgré une crevaison, Al-Attiyah a signé le meilleur temps pour prendre la tête du classement général avec 2 min 39 sec d’avance sur le Français Matthieu Serradori. De Villiers a permis à Toyota Gazoo Racing de s’offrir une autre place sur le podium grâce à son troisième chrono, à 3 min 14 sec d’Al-Attiyah.

Alonso, lui, a heurté une pierre après le troisième contrôle de passage et a perdu plus de 20 minutes. De plus, il a dû terminer l’étape au ralenti et a atteint l’arrivée au 21ème rang, pour un débours total de 45 minutes. De son côté, Ten Brinke a pris une belle cinquième place, alors que Van Loon, septième, se montrait le plus rapide des quatre voitures Overdrive Racing. Enfin, Al-Rajhi a terminé l’étape en 10ème position.

« C’était une journée difficile et délicate dès le départ avec 100 km de montagne », a indiqué Nasser Al-Attiyah. « La dernière section s’est déroulée dans un désert plus ouvert avec beaucoup d’oueds. Nous avons crevé, mais je suis très content de ma performance et d’avoir gagné l’étape. »

De son côté, Fernando Alonso affichait sa satisfaction. « Dans l’ensemble, la journée a été positive. Nous avons connu quelques problèmes en fin de spéciale. Nous avons crevé trois fois et nous n’avions que deux pneus de rechange, ce qui fait que nous avons dû attendre qu’une voiture veuille bien nous dépanner. Nous avons beaucoup appris et accumulé des kilomètres. »

La deuxième étape proposait la première des trois boucles tracées autour du bivouac d’Aoufous, à proximité d’Erfoud. Disputée sur 386,49 km, elle comportait de nombreuses dunes de sable et un franchissement du fameux Erg Chebbi.

Al-Attiyah a de nouveau été l’homme en vue. Le Qatari a devancé Jakub Przygonski, tenant du titre de la Coupe du monde FIA, de 11 min 09 sec et Peterhansel, son rival pour le titre de cette année, de 12 min 32 sec. De Villiers a rallié l’arrivée en quatrième position et s’est hissé au deuxième rang du classement général, 17 min 09 sec derrière Al-Attiyah, tandis qu’Alonso s’est classé 10ème, malgré une mauvaise position de départ et une bagarre dans la poussière. Enfin Ten Brinke et Van Loon ont terminé respectivement sixième et huitième, et Khoroshavtsev et Al-Rajhi, qui ont perdu du temps, aux 19ème et 20ème places.

« Nous n’avons pas fait d’erreur de navigation et j’ai vraiment attaqué car nous devons voir où nous en sommes », a indiqué Al-Attiyah.

« La journée n’a pas été facile », a ajouté De Villiers. « Nous avons perdu trois ou quatre minutes au début à cause de la navigation. Puis, après 130 km de spéciale, nous avons perdu un collecteur moteur, ce qui nous a coûté beaucoup de puissance et a augmenté la consommation. Nous avons donc dû gérer le carburant. Ce n’est pas facile de franchir les dunes avec une puissance moindre et à un endroit, nous avons dû faire demi-tour. C’était une journée où l’essentiel était de s’en sortir. »

La deuxième boucle d’Erfoud était composée de trois spéciales de respectivement 79,80 km, 210,80 km et 72,38 km, avec une particularité de taille : le road-book de la journée n’a été remis aux concurrents que cinq minutes avant le départ de la première voiture !

La journée s’est soldée par des fortunes diverses pour le quatuor Toyota Gazoo Racing. Alonso a ainsi cassé son pont avant après environ 75 km. Il a pu seulement terminer la première section avant de rejoindre le bivouac par la route. « Nous n’avons pas pu réparer la voiture sur place. La suspension était cassée et nous n’avons donc pas eu d’autre
choix que d’appeler notre assistance. C’est ça le rallye-raid. »

Ten Brinke a été piégé par le même trou, alors qu’il avait débuté tambour battant, et il n’a pas terminé la spéciale. Devant, Peterhansel, Sainz et Al-Attiyah s’en sont donné à cœur joie, en début et en fin de course.

Al-Attiyah a repris l’avantage dans la dernière section mais Sainz a finalement gagné l’étape avec 29 secondes d’avance, alors que les commissaires de course ont réduit l’itinéraire en raison d’un problème de GPS. Au classement général, Al-Attiyah devançait De Villiers, quatrième de l’étape, de 17 min 21 sec.

Alors que Van Loon était retardé, après un arrêt pour prêter secours au Tchèque Martin Prokop, accidenté, puis avoir subi des dommages sur son Toyota à cause de la poussière de voitures attardées, Al-Rajhi, auteur du troisième chrono, a hissé le premier Hilux Overdrive Racing à la septième place du classement général. Hélas, il a légèrement rétrogradé après avoir écopé d’une pénalité de 40 minutes.

« La journée a été longue en raison du nouveau système de distribution du road-book le matin même », a indiqué Nasser Al-Attiyah. « Nous avons été très prudents et nous n’avons pas fait d’erreur car ce n’est jamais facile d’ouvrir sans avoir eu le road-book. On savait qu’on perdait du temps, mais dans les 70 derniers kilomètres, nous avons attaqué pour essayer de gagner l’étape. »

Une troisième boucle de 408,53 km à travers les dunes de sable et les vallées voisines d’Erfoud figurait au menu de la quatrième journée. Pénalisés lourdement, Alonso et Ten Brinke ont reçu le feu vert pour prendre le départ de l’étape, mais le drame était posté en embuscade au km 205. C’est à cet endroit précisément qu’Al-Attiyah, en proie à des problèmes techniques, a dû s’arrêter et a été contraint de rejoindre le bivouac par la route, accompagné par le spectre d’une lourde pénalité à l’arrivée.

Mais on n’avait encore rien vu puisqu’environ 88 km plus loin, c’est Stéphane Peterhansel, son principal rival pour le titre, qui effectuait un tonneau et laissait à nouveau le suspense grand ouvert quant au verdict de la Coupe du Monde FIA. Le pilote français glissait alors à la cinquième place du classement général. De son côté, Sainz tenait bon et remportait sa deuxième victoire d’étape consécutive, devant Przygonski et De Villiers, promu nouveau leader avec 4 min 47 sec d’avance sur Sainz. Al-Rajhi se classait sixième de l’étape, Ten Brinke neuvième et Khoroshavtsev quatorzième.

« Cette course est dingue », a indiqué le nouveau leader De Villiers. « Ce ne sera pas fini tant que nous ne serons pas arrivés. On marchait bien au début, puis Yazeed nous a très vite rattrapés, mais il a heurté quelque chose dans les rochers et s’est arrêté. Puis nous avons vu Nasser. On a essayé de l’aider. Nous avons passé environ trois minutes avec lui, mais comme on ne pouvait rien faire, nous avons poursuivi. On s’est trompés et on a fait 15 km en trop. »

Fernando Alonso, lui, s’est classé septième, malgré son lot de problèmes. « Nous avons encore été victimes de trop de crevaisons, a déclaré l’Espagnol. À un moment donné, nous avons vu Nasser, alors nous nous sommes arrêtés pour voir ce qui s’était passé et il nous a dit qu’il avait un problème de moteur. On lui a pris des pneus et on a un peu levé le pied jusqu’à la fin. »

Le dernier secteur sélectif, long de 168 km entre Erfoud et l’arrivée finale à Fès, comprenait des passages à travers plaines et vallées, laissant en outre la part belle à la navigation. La veille, Peterhansel avait réussi à s’accrocher à la cinquième place du classement général et il ne devait absolument pas la perdre sous peine d’abandonner la Coupe du monde FIA à Al-Attiyah.

Dans cette ultime étape, De Villiers conservait parfaitement son sang-froid et signait un super chrono qui lui permettait d’obtenir une superbe victoire, alors que Carlos Sainz cédait du temps dans les derniers kilomètres. Ten Brinke et Van Loon terminaient quant à eux le rallye sur une note positive avec respectivement le scratch et le troisième temps de la spéciale, tandis qu’Al-Rajhi confirmait sa sixième place (la cinquième en fait, du fait de la disqualification de Serradori) en terminant quatrième.

Classement général final
1. Giniel de Villiers (ZAF)/Alex Haro (ESP) Toyota Hilux, 17hrs 48min 44sec
2. Carlos Sainz (ESP)/Lucas Cruz (ESP) MINI John Cooper Works Buggy, 18hrs 06min 26sec
3. Jakub Przygonski (POL)/Timo Gottschalk (DEU) MINI John Cooper Works Rally, 18hrs 47min 11sec
4. Stéphane Peterhansel (FRA)/Andrea Peterhansel (DEU) MINI John Cooper Works Buggy, 19hrs 18min 18sec
5. Yazeed Al-Rajhi (SAU)/Michael Orr (GBR) Toyota Hilux Overdrive, 20hrs 17min 54sec
6. Joan Roma (ESP)/Dani Oliveras (ESP) Borgward BX7 DKR Evo, 20hrs 32min 47sec
7. Sergei Kariakin (RUS)/Anton Vlasiuk (RUS) Snag Proto, 20hrs 41min 07sec
8. Reinaldo Varela (BRA)/Gustavo Gugelmin (BRA) Monster Energy Can-Am Maverick X3, 20hrs 41min 47sec
9. Aleksandr Dorosinskiy (RUS)/Oleg Uperenko (RUS) Can-Am Maverick X3, 20hrs 49min 00sec…
11. Viktor Khoroshavtsev (RUS)/Anton Nikolaev (RUS) Toyota Hilux Overdrive, 22hrs 45min 03sec…
25. Bernhard Ten Brinke (NLD)/Tom Colsoul (BEL) Toyota Hilux, 94hrs 31min 01sec
26. Fernando Alonso (ESP)/Marc Coma (ESP) Toyota Hilux, 95hrs 25min 40sec…

Coupe du Monde FIA des rallyes tout-terrain : 1. Stéphane Peterhansel (FRA), 66 points ; 2. Nasser Saleh Al-Attiyah (QAT), 60 pts ; 3. Reinaldo Varela (BRA), 37 pts ; 4. Yazeed Al-Rajhi (SAU), 35 pts ; 5. Giniel de Villiers (ZAF), 30 pts ; 6. Jakub Przygonski (POL) 28 pts…

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*