Stéphane Ratel a dévoilé les projets de SRO aux 24 Heures de Spa

Stéphane Ratel au cours de la conférence à Spa

Stéphane Ratel profite traditionnellement des Total 24 Heures de Spa pour dévoiler les calendriers de la saison suivante et les plans prévisionnels de SRO Motorsports Group. Chaque année les nouveautés sont dévoilées et le patron du GT mondial a mis en exergue les axes de développement des GT2, GT1 et GTX.

 

Le GT2 sur de bons rails…
En 2018, la nouveauté vient du lancement de la catégorie GT2. Porsche a été le premier à dégainer avant qu’Audi n’en fasse de même avec une R8 LMS GT2. De deux constructeurs, on passera à trois dès Barcelone l’annonce d’une nouvelle arrivée doit tomber. KTM, Lamborghini, Aston Martin et McLaren font partis des marques qui regardent cette catégorie GT2 avec intérêt. Trois constructeurs devraient s’annoncer en 2020.

Cette catégorie GT2 s’adresse aux pilotes gentlemen propriétaires de leurs autos. Le championnat GT Sports Club comprendra cinq événements en 2020 : Monza, Zandvoort, Paul Ricard, Nürburgring, Barcelone. Deux courses seront au programme, une de 25 minutes, l’autre de 40. Trois classements distincts seront établis : Bronze, Iron Cup (50 ans et +), Titanium Cup (60 ans et +).

Retour du GT1…
SRO Motorsports Group s’ouvre de nouveau au monde du GT1 et lance le GT1 Sports Club. La série est ouverte aux autos ‘brutes de pomme’ sans avoir à effectuer un quelconque développement. Cette série est prévue pour les Hypercars. Le format reste à déterminer. Deux événements seront au programme en 2020 avec le Paul Ricard (3/4 octobre) et Kyalami (21/22 novembre). Si le succès est au rendez-vous dès 2020, quatre meetings seront organisés l’année suivante. SRO vise clairement les Aston Martin Valkyrie, Brabham BT61, Porsche 935, etc…

Place aux nouvelles technologies…
Jusqu’ici, SRO restait en dehors des nouvelles technologies, cela va changer dans les futures années. 2021 verra le lacement du GTX World Tour Concept. On ne parle pas de compétition pure et dure mais davantage d’exhibition. Stéphane Ratel a bien compris que la compétition-client n’était pas encore adaptée aux nouvelles technologies. « Avoir de l’hybride est compliqué », a expliqué Stéphane Ratel. « L’objectif de ce championnat GTX n’est pas de faire rouler que, des prototypes. Cela peut aussi concerner des concept-cars et des voitures de production. Raison pour laquelle nous intégrons les départements clients des constructeurs. Des discussions sont en cours avec des ingénieurs afin de voir comment nous pouvons mettre sur pied cette compétition qui devrait allier performance et endurance. Il sera possible d’emprunter les belles routes européennes et des États-Unis. Nous disposons de deux ans pour peaufiner le projet, développer le concept, le côté technique et la recharge. Un camion pourrait suivre l’ensemble de l’événement. » Un road-show est prévu en 2021 en Europe. L’Amérique du Nord sera la cible l’année suivante, puis l’Asie en 2023. Une présence devrait toucher circuit, course de côte et rallye de régularité. Un classement combinera temps et consommation d’énergie.

Quatre catégories seront proposées : GT-X E (électrique), GTX H (plug-in Hybride), GT-X H2 (Hydrogène), GT-X A (voitures autonomes).

Laurent Mercier – Endurance Info,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*