GT4 Spa Sainteloc: Et de deux pour Guilvert – Michal

Podium de la course 2 à Spa © DR

– Privés de qualifications, Fabien Michal et Grégory Guilvert offrent les remontées du siècle à l’Audi R8 LMS SAINTéLOC Racing #42, et remportent la course 2

– Debard et Gachet non loin des dix premiers

 

Premier acte catastrophique juste avant les qualifications de cette manche belge ! Une avarie rédhibitoire du moteur de l’Audi R8 LMS #42 l’empêche d’y participer. Heureusement, le service client Audi Sport réagissait promptement pour prêter un bloc V10 à l’équipe, les mécaniciens se lançant alors dans une course contre la montre pour affrêter la voiture pour la course 1 prévue à 15h30.

A la perspective de la voir partir à deux reprises du fond de la grille, SAINTéLOC Racing n’avait plus pour objectif que le sauvetage éventuel de quelques points pour le championnat. Et sans rêver de résultat mirobolant face au handicap à surmonter, d’autant que la canicule régnant sur la région ardennaise, encore bien installée le vendredi, pouvait inquiéter les R8 LMS en termes de dégradation pneumatique.

Dans quel état d’esprit pouvait alors se trouver les deux pilotes de l’Audi #42, chargés d’une mission presque impossible, au moment où leurs meilleurs rivaux au championnat venaient de signer les deux pole positions ?

Ecoutons Fabien Michal : « Quand s’est déclaré ce problème de moteur, j’ai d’abord pensé que Grégory allait pouvoir faire la qualification 2. J’avais pris ça un peu à la légère. Alors je lui ai dit : le jour de gloire est arrivé ! En me disant que j’allais partir dernier à Spa, ce qui n’est pas donné à tout le monde.
« J’y voyais plus comme une opportunité et l’envie de démontrer certaines choses.
« Après, vu le déroulement et le résultat de la course 1, il y avait de la capacité à remonter. Ce sont des courses comme celle-là qu’il faut gagner.
« D’un autre côté, comme on n’a pas pu faire la Q2, partir deux fois dernier m’embêtait au plus haut point. J’ai essayé de rester très positif. »

Fabien Michal ne croyait pas si bien dire. Depuis sa 39ème position de départ, l’Audi bleue et blanche pointait déjà au 28ème au premier passage, l’air ambiant du tracé de Francorchamps affichant 34°C. Au 4ème tour, Michal était 21ème devant la R8 LMS #26 rouge et blanche emmenée par Eric Debard qui venait de lui ouvrir la porte. On approchait à une minute de l’ouverture de la fenêtre de changement de pilote lorsque l’Alpine de Servol se fracassait rudement dans le Raidillon. Le ‘full course yellow’ décrété incitait presque tous à rejoindre le stand pour ce 10ème tour, Michal se sachant alors 12ème. La #42 de retour en piste, Grégory Guilvert pointait en 16ème position, et le safety-car le ramenait ensuite derrière la Mercedes de Pla. Après la relance du 15ème tour, Guilvert ne parvenait pas à dépasser Pla, mais grignotait quelques positions pour passer la ligne au 11ème rang, synonyme du point du 10ème, le Britannique George et son Aston Martin invitée et classé 3ème n’en marquant pas.

Simon Gachet passait 12ème sous le damier.

Samedi, la nouvelle ‘remontada’ espérée allait s’appuyer sur une météo radicalement opposée à celle de la semaine. Avec une baisse de quasiment 20°C, la promesse de pluie pour la course des 24 Heures allait se manifester vingt minutes après le départ de cette course 2 matinale du GT4 France lancée à 9h20. Greg Guilvert était déjà remonté de la 39ème à la 12ème position, Simon Gachet étant 18ème, quand les première gouttes investissaient le circuit.

Si beaucoup profitaient du début de la fenêtre de rentrée au stand, un Guilvert ‘avionesque’ sous la pluie, tout autant ‘avionesque’ que Michal la veille sur le sec, selon l’expression du directeur sportif Frédéric Thalamy, décalait au maximum son arrêt jusqu’au 13ème passage. Fabien Michal, ressorti 3ème derrière Blanchemain et Beaubelique au 14ème tour, les avaient avalés au tour suivant. Possédant 3 »2 d’avance sur Lémeret, Michal voyait l’Alpine revenir peu à peu. La jonction venant d’être faite, c’est alors que Servol sortait de nouveau et provoquait une neutralisation à 11 minutes de la fin.
Emmenant le peloton derrière la voiture de sécurité à moins de 5′ de la fin, Fabien s’apprêtait à une relance éventuelle quand le malchanceux Lémeret s’immobilisait devant les stands F1. Puis le ‘safety car’, juste avant la dernière chicane, libérait finalement l’Audi SAINTéLOC victorieuse pour la deuxième fois de la saison, à l’issue d’un improbable et fantastique ‘back to flag’ !

N’ayant pu suivre le même rythme, Simon Gachet était classé 16ème.

Ils ont dit
Fabien MICHAL (Bronze) (Audi R8 LMS GT4 #42) : « En course 1, on est remonté correctement, mais il faut dire que l’on n’avait pas la bride d’admission aussi libérée qu’en course 2, pour laquelle la BOP (balance de performances) a été modifiée. Cela s’est vu dans les dépassements. En course 1 je suis remonté 12e, et ensuite Greg’ est remonté plus difficilement. Au début de son relais Il a raté le dépassement sur Pla. Même s’il faisait très chaud vendredi, la dégradation des pneus n’était pas si élevée, car nous avions bien travaillé. Notre état d’esprit était celui d’avoir compris que l’on pouvait remonter. L’élément déclencheur est là. Greg’ était frustré car nous pouvions peut-être marquer quelques points de plus, peut-être ceux de la 7ème place.
« Greg’ a fait un premier relais d’exception en course 2. La pluie fine est arrivée et il a développé tout le potentiel qu’il a dans de tels moments. Après la stratégie de l’équipe a été très forte. Nous avons fait notre arrêt à moins 25’30, juste avant la fermeture de la ‘pitlane’. Tous les autres ont fait un tour de moins. ‘L’undercut’ a fonctionné parfaitement car je suis ressorti dans le peloton de tête et je n’avais pas grand-chose à faire pour prendre le commandement de la course. Après nous étions les deuxièmes plus rapides en course, l’Alpine de Lémeret allait plus vite comme l’indiquaient nos ingénieurs. J’ai donné le maximum, et c’est assez bluffant, parce qu’à l’avant dernier-tour avant la sortie du safety car j’ai tourné à 6/10èmes du chrono de Greg’, fait avec les pneus neufs. Nous avons eu très peu de dégradation, la température plus fraîche et la fine pluie nous ont beaucoup aidés pour ça. Les planètes étaient toutes alignées. Un ‘full course yellow’, un ‘safety car’, et je pensais qu’ils allaient nous relancer pour un dernier tour. Je me suis bien préparé, en maintenant bien toutes les températures. Et puis eux qui tombent en panne ! Il ne faut jamais souhaiter que des adversaires cassent, ce n’est pas comme ça qu’on souhaite s’imposer. Mais ce qui est fou, c’est la remontée.
« Déjà, la veille, on a vraiment marqué les esprits et cela eut un vrai impact psychologique sur le paddock. Avec 65 places remontées en deux courses d’une heure, ce doit être un record mondial ! »

Grégory GUILVERT (Gold) (Audi R8 LMS GT4 #42) : « J’étais en colère vendredi, car Fabien avait fait le gros du travail avant que je ne parte sur un faux rythme. Je n’avais pas réussi à concrétiser ses efforts. Aujourd’hui, nous n’avions pas la prétention de pouvoir gagner, mais tout s’est bien imbriqué : les dépassements, la pluie, les faits de course, une très belle entrée des stands… Je suis très content pour l’équipe et je tiens vraiment à remercier Audi pour son soutien après la casse du moteur de vendredi. »

En attendant la pénultième manche du championnat, qui reprendra du 13 au 15 septembre à Magny-Cours, Michal et Guilvert sont repartis de Belgique à la première place avec 2 points d’avance sur leurs suivants
Lémeret et Jean. Tout reste donc à faire lors des deux derniers rendez-vous.

Championnat : 1. Michal-Guilvert, 106 points – 2. Lémeret-Jean 104 pts – 3. Servol-Tribaudini 65 pts… Debard-Gachet, 15 pts … Estèves-A. Beltoise, 1 pt.
Equipes : 1. CMR, 128 points – 2. SAINTéLOC Racing, 110 pts – 3. AKKA-ASP, 80 pts…

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*