L’École de la Performance: Grégory Knoll en Blancpain GT

Grégory Knoll © DR

Nos stagiaires de la session 2017/2018 ont quitté mi-mars nos locaux de Nogaro pour rejoindre les professionnels avec lesquels ils effectuent leur stage en entreprise.

Grégory Knoll a rejoint l’École de la Performance en octobre dernier, pour intégrer la session 2017/2018 de la formation Préparateur Développeur de Véhicules de Compétition. Il effectue son stage en entreprise chez W Racing Team depuis le 15 mars 2018.

Pour sa première épreuve à Zolder en Blancpain GT Series, son équipage a remporté la Silver Cup lors des deux courses.

– Quel a été votre parcours avant l’École de la Performance ?
Grégory Knoll : « Depuis tout petit je suis dans le monde du sport auto, plutôt en tout terrain. Mon père court, alors j’ai d’abord pratiqué la mécanique sur sa voiture. Et ensuite je me suis mis à piloter à l’âge de 17 ans. On fait nos voitures nous-mêmes. J’ai fait aussi un peu de rugby, mais je vis vraiment pour le sport auto, je n’ai pas d’autre passion. Alors après la 3ème je suis parti en Bac Pro en mécanique auto, avec pour objectif de rejoindre l’École de la Performance. »
 
– Comment avez-vous connu l’Ecole de la Performance ?
Grégory Knoll : « Ce sont d’anciens élèves qui m’en ont parlé. Et en particulier Guillaume Revenu de CTF Performance. C’est lui qui fait nos cartographies moteur pour le tout terrain. »

– Dans quelle équipe votre stage en entreprise se déroule-t-il ?
Grégory Knoll : « Je suis en stage en Belgique, au W Racing Team. Le team a été créé en 2009, cette saison il fait courir des Audi R8 LMS GT3 en Blancpain GT Series, et des Audi RS3 en WTCR. Et ils construisent aussi les Fun Cup. Pour ma part, je suis sur le Blancpain et le WTCR. »

– Quel poste occupez-vous au sein de l’équipe ?
Grégory Knoll : « A l’atelier au début, j’étais en charge du stickage des voitures. Et puis ils m’ont assez vite fait de plus en plus confiance, presque comme un mécanicien autonome. Actuellement, je participe au montage d’une voiture neuve.
« En piste, j’étais d’abord assistant mécano. Lors des premiers roulages, j’étais sur le nettoyage de la voiture. Personnellement ça ne me gêne pas de laver les voitures, d’autant que chez WRT les chefs mécaniciens le font aussi. Ils ne gardent pas les tâches ingrates pour les stagiaires. Et puis au fur et à mesure du week-end j’ai eu des tâches plus importantes. Et du coup j’en suis venu à faire le set up de la voiture avec les techniciens du team. »

– En tant que stagiaire, vous sentez-vous comme un membre de l’équipe à part entière ?
Grégory Knoll : « C’est comme partout, il a fallu faire ses preuves. Mais comme j’ai le permis remorque, j’ai eu à faire pas mal de trajets. Dès ma 2ème semaine, j’ai amené une voiture en Angleterre avec 2 autres membres du team. Plus tard, j’ai emmené une auto pour le VLN au Nürburgring. J’ai déjà fait pas mal de route, mais pour moi ça fait partie du jeu. Et ils ont vu qu’ils pouvaient me faire confiance. Et pour ce qui est des tâches plus techniques, dès les premiers tests VLN j’ai vraiment tenu le rôle d’un mécanicien du team. Globalement, ils me font de plus en plus confiance. »

– Quelle a été votre première course, comment s’est-elle passée pour vous ?
Grégory Knoll : « J’ai pris part à la première course en Blancpain à Zolder, et notre équipage a gagné les deux courses en Silver Cup. La seconde épreuve vient de se dérouler à Monza, mais cette fois je n’y étais pas.
« Chez WRT, ils ont une énorme expérience, et ils m’ont vraiment mis en confiance. Pour Zolder, chacun savait à l’avance ce qu’il avait à faire, on avait tout préparé. Du coup, je n’ai pas vraiment ressenti de pression. Au début, j’étais sur l’installation de l’hospitality, puis j’ai participé à l’installation des stands et de l’outillage des pit stops. Et une fois les autos dans les boxes, ils m’ont mis à travailler dessus avec eux, et c’était parti. Et ça s’est très très bien passé avec les ingénieurs et les pilotes. »

– Quelle va être la suite ?
Grégory Knoll : « J’ai un aperçu des courses auxquelles je participerai, mais en général c’est validé au dernier moment. Je serai en Blancpain, avec pas mal de courses prévues, et je ne serai a priori pas en WTCR. »
 
– Alors, quel est votre tout premier bilan ?
Grégory Knoll : « Vraiment très positif. Je suis avec des gens d’expérience, et du coup j’apprend beaucoup. Pour mon premier mois et demie de présence, j’ai appris des choses que je n’aurais pas pu apprendre ailleurs. Et le fait de pouvoir travailler sur les autos dès la première semaine, ça m’a fait vraiment plaisir. Honnêtement j’ai été très agréablement surpris. Du coup, j’ai découvert la compétition en circuit. C’est une mentalité assez différente du tout terrain, et en fait c’est un monde plutôt sympa. »

Communiqué,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*