ELMS LMP2: Stevens, Canal et Buret, équipage de choc

Barthez, Berthon et Buret © DR

Calé sur le rythme effréné de sa pole position à Portimão lors de la finale 2017, le Team Panis-Barthez Compétition a négocié l’hiver pied au plancher afin d’aligner le meilleur équipage possible en vue de sa troisième participation dans la catégorie LMP2, à la fois en European Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans.
 
Résultats : stabilité et performance avec le maintien du prometteur Timothé Buret, 22 ans, symbole de l’ADN du projet – déceler des jeunes talents – et nouveautés avec deux recrues de choix.

 
Un ancien pilote de Formule 1 vient notamment renforcer le potentiel de l’équipe française. L’Anglais Will Stevens (26 ans) a participé à 18 Grands Prix entre 2014 et 2015, pour Caterham et Marussia. Reconverti en WEC et en Blancpain, Stevens a choisi le Panis-Barthez Compétition en 2018 avec la ferme intention de démontrer qu’il a talent et avenir en endurance.
 
L’autre recrue sur la Ligier JS P217 est Julien Canal, au palmarès évocateur en endurance : double champion du monde WEC en LMP2 (2015 et 2017) et triple vainqueur des 24 Heures du Mans (2010, 2011 et 2012) dans différentes catégories GT.
 
Ce casting new look est idéal pour l’écurie Panis-Barthez Compétition et son partenaire technique Tech1 Racing qui, pour le moment, engagent un seul prototype LMP2 en 2018.

Olivier Panis, Team principal
« J’AI HÂTE DE LES VOIR TOUS LES TROIS EN PISTE »
« Au moment d’annoncer nos trois pilotes, je veux plus que jamais remercier toute notre équipe : de Simon et Sarah Abadie à nos partenaires, sans oublier notre actionnaire Stéphane Dilouya, mais aussi Didier Coton qui a permis, via Aces Management et Aces Athletes Associates, d’obtenir les services d’un pilote de la trempe de Will Stevens. Will vient de la F1, a gagné en GT notamment au Mans et a déjà impressionné en LMP2. Qu’il ait accepté notre offre est une vraie fierté. Fabien Barthez n’est pas le dernier auquel je pense. Il est un acteur majeur de notre équipe, et on fera tout pour lui trouver une place en ELMS et aux 24 Heures du Mans. Rarement un pilote amateur m’a autant impressionné. Pour 2018, nous avons réussi à mêler la jeunesse de Timothé Buret, – belle réussite d’avoir gardé dans notre team ce pilote très convoité -, le palmarès et l’expérience énormes de Julien Canal, au calibre de Will Stevens. »
 
Sarah Abadie, team manager
« UNE NOUVELLE PRESSION POSITIVE »
« Les progrès réalisés tout au long de 2017 avec la nouvelle voiture et les pneus Michelin nous laissaient espérer de belles choses pour 2018. Ça commence bien avec l’annonce de nos pilotes ! C’est le line-up le plus intéressant qui soit, avec des profils différents, des qualités complémentaires mais avec la maturité cruciale pour l’endurance. De superbes challenges nous attendent : jouer des podiums régulièrement et qui sait aussi la victoire. C’est une nouvelle pression, mais positive ! »
 
Fabien Barthez, ambassadeur
« L’ÉQUIPE D’ABORD… »
« Pour des raisons qui n’ont pas trait au sport, j’avais très tôt prévenu les gars : « allez-y sans moi en 2018″. Dans mon esprit, conscient des sacrifices et des enjeux, c’est l’équipe d’abord ! Ainsi, quand je vois les pilotes que nous allons aligner en LMP2, je suis soulagé et heureux. Pour Timothé Buret, dont cette troisième année avec nous est méritée, pour Julien Canal qui est un super mec et enfin pour Will Stevens. Olivier Panis l’a vu en F1 et sait exactement ce qu’il vaut. Me concernant, il n’était pas possible de piloter il y a deux mois, mais la donne a quelque peu changé. On va voir quelle solution on peut trouver. Le Mans reste un objectif important. »

Will Stevens, pilote 2018 de la Ligier JS P217-Gibson #23
« LE TYPE DE VOITURE QUE J’AIME »
« Après la F1, que j’ai eue la chance de connaître, piloter un proto d’endurance est un exercice passionnant. Je m’en étais rendu compte en 2016, en étant d’entrée compétitif dans une LMP2, avec une deuxième place de catégorie à mes débuts aux 24 Heures du Mans. L’an passé, je me suis concentré sur l’univers GT et cela m’a permis de devenir un pilote plus complet. Mais cette année, je suis extrêmement heureux d’être de retour dans une LMP2, qui représente ce que j’aime dans le pilotage : moteur puissant, appuis aéros solides, pneus compétitifs… Travailler avec Olivier Panis est une super opportunité. Il a été un grand pilote de F1 et d’endurance, et est aujourd’hui un gage de crédibilité pour une équipe. On va se comprendre sans grands efforts. Je vais tout donner, avec mes deux équipiers, pour signer de superbes résultats en 2018. »
Stevens, en bref : Anglais – 26 ans – 3ème saison en endurance – 2ème des 24 Heures du Mans 2016 en LMP2 – vainqueur GTE Am des 24 Heures du Mans 2017 – 18 GP de F1.
 
Julien Canal, pilote 2018 de la Ligier JS P217-Gibson #23
« QUE MON EXPÉRIENCE SERVE L’ECURIE »
« J’intègre une nouvelle équipe dans laquelle je me sens déjà chez moi. Je côtoie Simon Abadie depuis le karting et j’ai même piloté contre Olivier Panis dans le championnat de France de GT3… Je retrouve aussi la marque Ligier avec laquelle j’ai remporté le WEC en LMP2 en 2015. C’est cela être un « ancien » ! 2018 sera ma neuvième année en endurance. Donc je ne me cache pas, je suis là pour apporter mon expérience, mon attention aux petits détails qui font la différence : gestion du trafic, changements de pilotes, position de conduite… Je veux que tout ce que j’ai accumulé pendant ces années serve le Panis-Barthez Compétition et mes deux équipiers. »
Canal, en bref : Français – 35 ans – 9ème saison en endurance – 2 titres de champion du monde LMP2 en WEC.
 
Timothé Buret, pilote 2018 de la Ligier JS P217-Gibson #23
« DEUX RÉFÉRENCES NOUVELLES POUR MOI »
« Repartir une troisième année avec la même écurie est un atout majeur. On va pouvoir capitaliser sur deux ans de travail et d’effort. Le fait d’avoir deux nouveaux équipiers m’excite car ils ont deux profils intéressants : l’expérience de Julien Canal et la rapidité de Will Stevens. J’y vois là deux références pour moi. Une occasion en or de continuer ma progression et d’amener l’équipe plus haut encore. »
 Buret, en bref : Français – 22 ans – 3ème saison en endurance.

Muriel Belgy,

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*